Communiqués de presse 2019

Lettre de Shimon Samuels publiée en anglais dans The Times of Israel
https://blogs.timesofisrael.com/an-open-letter-to-h-m-king-mohammed-vi-of-morocco/

Paris, le 19 février 2019

S.A. le Roi Mohammed VI
Rabat, Maroc

Votre Altesse,

Le Centre Simon Wiesenthal est une organisation des droits de l’homme internationale juive comptant 400 000 adhérents. Il tire les leçons de l’Holocauste pour lutter contre l’antisémitisme et toute autre forme contemporaine de discrimination ou de haine.

L’un de nos grands projets consiste à surveiller l’incitation à la haine et à la violence sur les stands des salons du livre internationaux. Nous partageons ensuite nos observations avec les responsables de la Foire du livre de Francfort. Il en résulte que les éditeurs identifiés comme contrevenant à leur contrat – qui interdit toute incitation – sont dûment inscrits sur une liste noire.

Le haut patronage que Votre Altesse accorde au SIEL, le Salon international de l’édition et du livre de Casablanca, y assure la prohibition de tout texte qui offenserait l’islam. Cependant, depuis sept ans que nous surveillons le SIEL, ce contrôle sur les stands de Casablanca n’a pas été exercé sur les ouvrages qui portent atteinte à la religion juive et à son peuple.

Éditorial de Shimon Samuels publié en anglais dans The Jerusalem Post
le 17 février 2019
https://www.jpost.com/Opinion/France-mobilizes-against-antisemitism-580959

L’appel a été lancé auprès des responsables de partis et de municipalités des grandes villes de France, dont Lyon, Marseille et Nice.

17 Feb. 2019

Des personnes assistent à un rassemblement organisé par le CRIF en mémoire de Mireille Knoll, une rescapée de l’Holocauste âgée de 85 ans, poignardée et brûlée dans son appartement parisien. Son agresseur est suspecté d’avoir agi par antisémitisme. Marseille, le 28 mars 2018. Photo Jean-Paul Pélissier/Reuters.

Il y a près de cent vingt ans, le 20 août 1899, un groupe de dreyfusards organisait à Paris une manifestation contre l’antisémitisme.

Le 19 février 2019, la quasi-totalité des partis politiques français rejoindront un rassemblement contre l’antisémitisme, avec deux exceptions : l’extrême droite de Marine Le Pen et l’extrême gauche de Jean-Luc Mélenchon.

Il aura fallu plusieurs années pour résoudre l’affaire du capitaine Alfred Dreyfus, injustement condamné et honteusement démis de ses fonctions dans l’armée française.

Aujourd’hui, depuis que le gouvernement a publié son rapport indiquant qu’en 2018, les actes antisémites accusaient une hausse de 74 %, il semble que l’antisémitisme soit devenu une nouvelle mode – l’endroit où il faut être. Ou n’est-ce qu’un simple feu de paille ? Mais la question la plus importante est de savoir quel traitement sera donné à « l’antisionisme » et à l’État d’Israël.

« Une campagne en trois étapes qui vise à remplacer Israël par la Palestine et l’Holocauste par la Nakba :
1) l’enseignant du secondaire
2) les élèves de sa classe
3) la communauté juive et ses amis non-juifs. »

Paris, le 14 février 2019

Dans une lettre adressée à Guillaume Vanhulst, recteur de la Haute école pédagogique du canton de Vaud (HEP) de Lausanne, Shimon Samuels, directeur des Relations internationales du Centre Simon Wiesenthal, s’est dit scandalisépar une campagne haineuse en trois étapes, intrinsèquement anti-juive, orchestrée les 29 et 30 avril prochain sur le campus de la HEP :
1) une session d’inculcation pour les enseignants des lycées
2) des enseignants aux élèves de leurs classes
3) des élèves à la communauté élargie.

« C’est la première fois depuis l’appel de François Mitterrand à une marche de protestation, en 1996, qu’un gouvernement français prend une telle initiative contre le fléau antisémite. »

« Après ces déclarations, le président Macron devrait remettre les forces armées en place pour garder les institutions juives et mener campagne pour exclure les candidats extrémistes des élections de mai prochain au Parlement européen. »

Paris, le 12 février 2019

« Le rapport du gouvernement français publié hier, annonçant un pic d’incidents antisémites en 2018, marquait un changement radical après des années de réprimandes ‘‘politiquement correctes’’, où les auteurs d’agressions entraient et sortaient librement des tribunaux ou étaient internés en psychiatrie au lieu d’être envoyés en prison », déclarait le directeur des Relations internationales du Centre Simon Wiesenthal, Shimon Samuels.

Le mois dernier, le Centre attirait l’attention internationale sur « l’infiltration et le détournement des manifestations des Gilets jaunes partout en France par des semeurs de haine anti-juifs qui s’en prennent aux synagogues et aux magasins juifs… »

« Nous vous prions instamment de purger tous les journaux, revues, livres et sites web d’Al Ahram de la haine des Juifs et des préjugés racistes de toutes sortes. »

Paris, le 8 février 2019 

Dans une lettre adressée au président d’Al Ahram, Abdel-Mohsen Salama, le directeur des Relations internationales du Centre Wiesenthal, Shimon Samuels, lui signalait qu’« un de nos adhérents arabes nous a fait part de son souci concernant Al Ahram – considéré par certains comme le New York Times d’Egypte : il est devenu le porte-parole du négationnisme ».

M. Samuels citait la traduction d’un article en arabe rédigé par un chroniqueur d’Al Ahram, Osama Al-Alfi (texte intégral ci-après) : « La vérité sur l’Holocauste ». On y lit : « L’Holocauste est exploité par la ruse du mouvement sioniste mondial pour réaliser ses intérêts et ses projets, visant à convertir le judaïsme de religion divine en doctrine raciste, prenant la Palestine comme point de départ d’une mise en œuvre de procédés de domination individuelle sur les puissances internationales et de contrôle de leurs politiques. »