Article de Shimon Samuels publié en anglais dans The Times of Israel
le 24 septembre 2021
https://blogs.timesofisrael.com/french-train-car-of-dreams-holocaust-vandalism/

24 September 2021
Le Train des rêves « What Value Life », photo Greg Marshall libre de droit

« Le Centre Wiesenthal exige que le vandale soit traduit en justice, tandis que sa croix gammée à moitié ratée doit demeurer visible pour les visiteurs comme témoignage de la haine anti-juive. »

Né aux États-Unis, Greg Marshall a acheté en Bourgogne, à 3 heures au sud de Paris, une gare désaffectée. Il l’a équipée de quelques wagons ferroviaires pour servir d’hôtel, avec voitures-restaurants, tout en présentant l’histoire de chacun de ces wagons.

L’un des plus récents est un fourgon Ocem 29 8/40 (8 chevaux ou 40 hommes) qui a transporté en 1940 des prisonniers de guerre français en Allemagne. De 1941 à 1945, il aurait également déporté « des Juifs, des Tsiganes, des homosexuels, des handicapés, des résistants et des communistes vers les camps de la mort ».

M. Marshall a indiqué que quelques wagons de son « Train des rêves », dont l’Ocem 29, servent maintenant de « musée et de rappel historique de leurs nombreuses années de service ».

Dans le cas de l’Ocem 29, « jusqu’à 145 hommes, femmes, enfants et bébés y ont été entassés de force pour être transportés pendant près de deux semaines, sans nourriture, sans eau ni toilettes... Nombre d’entre eux sont morts en route... Très peu ont survécu, pour être gazés... Plus de six millions ont péri ».

Il y a quelques semaines, ce wagon a été vandalisé d’une croix gammée taguée sur son flanc. Une réminiscence de sa sombre histoire.

« Est-ce que vous, vos amis ou votre famille pourriez voyager dans cet espace minuscule pendant près de quatorze jours ?... Simon Wiesenthal a proposé une solution en un mot : ‘‘tolérance’’ », explique Greg Marshall dans son dépliant « What Value Life ».

Le directeur des Relations internationales du Centre Wiesenthal, Shimon Samuels, a fait valoir qu’« il y a trois facteurs dans cette affaire :

1) L’arrestation et le jugement du vandale ;

2) Sa croix gammée bancale à moitié ratée doit demeurer visible pour les visiteurs comme témoignage de la haine anti-juive ;

3) Le Centre Wiesenthal propose de créer un dépliant pour les agents de voyages et les médias afin d’aider M. Marshall dans son projet de présenter l’Holocauste dans son musée du train de Dracy-Saint-Loup. »

Nous sommes particulièrement ravis de la réponse de Rémy Rebeyrotte, député de Saône-et-Loire : (je n’ai pas trouvé la citation) « Je suis très choqué par l’outrage fait à votre train. J’ai soulevé le sujet avec le ministre de l’Intérieur... »

« Nous attendons la réponse du ministre », concluait Shimon Samuels.

Shimon Samuels est le directeur des Relations internationales du Centre Simon Wiesenthal. Il a occupé les fonctions de directeur adjoint de l’Institut Leonard Davis sur les relations internationales de l’Université hébraïque de Jérusalem, directeur européen de la Ligue antidiffamation et directeur israélien de l’American Jewish Committee. Il est né au Royaume-Uni où il a fait ses études, ainsi qu’en Israël, aux États-Unis et au Japon.