• Inauguration, le 11 juin 2014, de l'exposition « Le Peuple, le Livre, la Terre »
    Inauguration, le 11 juin 2014, de l'exposition « Le Peuple, le Livre, la Terre »
  • L'hôtel de ville de Paris illuminé en mémoire des victimes du terrorisme à Jérusalem
    L'hôtel de ville de Paris illuminé en mémoire des victimes du terrorisme à Jérusalem
  • Inauguration de l'exposition, Copenhague
    Inauguration de l'exposition, Copenhague
  • Shimon Samuels rencontre le pape François
    Shimon Samuels rencontre le pape François
  • Inauguration Place Simon et Cyla Wiesenthal
    Inauguration Place Simon et Cyla Wiesenthal

Communiqués de presse 2020

« Cracher sa haine peut tuer, ce n’est pas de la liberté d’expression. »

Paris, le 22 septembre 2020

Dans une lettre adressée à la dirigeante pour l’Europe et le Moyen-Orient de YouTube, Cécile Frot-Coutaz, le directeur des Relations internationales du Centre Simon Wiesenthal, Shimon Samuels, lui faisait part de « sa consternation en visionnant des vidéos sur YouTube de Freeze Corleone (pseudonyme d’Issa Lorenzo Diakhaté) incitant à la haine antisémite. Phénomène encore plus dérangeant, un de ses clips posté sur YouTube la veille du nouvel an juif affichait plus d’un million de vues, et quinze mille de ses albums ont délibérément été mis en vente le jour anniversaire du 11-Septembre… Freeze s’inspire du pseudo-comédien Dieudonné M’bala M’bala, antisémite notoire… Ses raps viennent d’être condamnés par le ministre français de l’Intérieur, Gérald Darmanin ».

Réponse du maire d’Oradour-sur-Glane à la lettre et au communiqué de presse du Centre Wiesenthal du 23 août dernier, « Le Centre Wiesenthal s’unit à la douleur d’Oradour-sur-Glane après la profanation négationniste qu’il vient de subir »

Paris, le 21 septembre 2020

Le 23 août dernier, le directeur des Relations internationales du Centre Simon Wiesenthal, Shimon Samuels, a écrit une lettre de condoléances et de solidarité au maire d’Oradour-sur-Glane, Philippe Lacroix. Il dénonçait les inscriptions négationnistes et la profanation du Centre de la Mémoire de ce village martyr. 642 femmes, enfants et hommes y furent massacrés par les Waffen SS nazis en 1944.

Voir : https://wiesenthal-europe.com/fr/news-releases-2020/712-le-centre-wiesenthal-s-unit-a-la-douleur-d-oradour-sur-glane-apres-la-profanation-negationniste-qu-il-vient-de-subir
et (en anglais) : http://www.wiesenthal.com/about/news/simon-wiesenthal-centre-2.html

Le Centre comparait la profanation de ce village à un second meurtre de ses habitants. « Tel a été le sort de nombreux cimetières juifs d’Europe. C’est pourquoi nous partageons votre douleur », écrivait M. Samuels.

La semaine dernière, à la veille du nouvel an juif, le maire d’Oradour-sur-Glane nous a adressé une chaleureuse réponse, que nous partageons ici.

« Madame, Monsieur,

« Nous tenons à vous remercier très sincèrement de votre message de soutien que vous nous avez adressé suite aux tags révisionnistes apposés sur le parvis du Centre de la Mémoire le 21 août dernier.

« Cet acte inqualifiable nous oblige à une vigilance de tous les instants, au respect de la vérité historique et à la transmission du devoir de mémoire en particulier aux plus jeunes.

« Vous pouvez compter sur notre détermination.

« Avec nos remerciements renouvelés.

« Bien cordialement à vous.

« Philippe Lacroix, maire d’Oradour-sur-Glane »

« Il a échappé à la justice pendant 38 ans… Une longévité qui n’enlève rien au devoir de justice… car les familles des victimes et les rescapés méritent de faire leur deuil. »

Paris, le 11 septembre 2020 

Dans une lettre adressée à la Première ministre de Norvège, Erna Solberg, le directeur des Relations internationales du Centre Simon Wiesenthal, Shimon Samuels, félicite « la police norvégienne pour l’arrestation d’un des trois suspects de l’attentat perpétré le 9 août 1982 dans le restaurant Jo-Goldenberg, rue des Rosiers à Paris, par l’Organisation Abou-Nidal. Bilan : six morts et vingt-deux blessés… À 13h15 ce jour-là, les terroristes armés de pistolets-mitrailleurs et de grenades ont fait irruption dans le restaurant où étaient attablés une cinquantaine de clients… De récentes tentatives d’extradition vers la France des deux autres suspects qui ont trouvé refuge en Jordanie ont échoué ».

Paris, le 10 septembre 2020 

Dans une lettre adressée au secrétaire perpétuel de l’Académie suédoise, Mats Malm, le directeur des Relations internationales du Centre Wiesenthal, Shimon Samuels, attirait son attention sur « votre réunion d’octobre prochain [au cours de laquelle] vous établirez la liste des candidats au prestigieux prix Nobel de littérature 2020. Parmi ceux-ci est pressenti l’écrivain portugais António Lobo Antunes ».

La lettre indiquait qu’« en 2005, Lobo avait été invité en Israël pour y recevoir le Prix Jérusalem pour la liberté des individus dans la société. De retour au Portugal, en octobre 2006, le journal Pública l’avait interviewé pour lui demander ses impressions sur Israël en tant qu’État juif. L’article paru peut être lu comme une furieuse attaque pleine de mépris et de dégoût ».

Buenos Aires et Paris, le 8 septembre 2020 

Le Centre Wiesenthal avait sollicité le siège allemand de Volkswagen, à Wolfsburg, pour qu’il intervienne auprès de sa concession mexicaine de Coyoacán et qu’il coupe toute relation avec elle, au motif qu’elle exposait des affiches nazies.

Moins de 3 heures après avoir adressé cette requête, le directeur des Relations internationales du Centre, Shimon Samuels, recevait un message de Robin Aschhoff, responsable de la Communication internationale de Volkswagen.

Parallèlement, le directeur du Centre pour l’Amérique latine, Ariel Gelblung, avait fait pression auprès de Volkswagen-Mexique, avec pour conséquence le communiqué de presse ci-dessous annonçant que ce distributeur mettait fin à toute relation commerciale et professionnelle avec son concessionnaire.

« Nous félicitions Volkswagen-Mexique d’avoir réagi rapidement – un message clair pour le monde entier, en mémoire des victimes de la barbarie nazie », concluaient les responsables du Centre.

Volkswagen_de_México_informs_September_7_2020_final1_3.pdf