• Inauguration, le 11 juin 2014, de l'exposition « Le Peuple, le Livre, la Terre »
    Inauguration, le 11 juin 2014, de l'exposition « Le Peuple, le Livre, la Terre »
  • L'hôtel de ville de Paris illuminé en mémoire des victimes du terrorisme à Jérusalem
    L'hôtel de ville de Paris illuminé en mémoire des victimes du terrorisme à Jérusalem
  • Inauguration de l'exposition, Copenhague
    Inauguration de l'exposition, Copenhague
  • Shimon Samuels rencontre le pape François
    Shimon Samuels rencontre le pape François
  • Inauguration Place Simon et Cyla Wiesenthal
    Inauguration Place Simon et Cyla Wiesenthal

Communiqués de presse 2020

« Madame la Première Ministre, nous sommes sûrs que, quand vous choisissez un lieu où passer vos vacances en famille, vous évitez les pays où les nazis vont et viennent en toute liberté… La beauté de l’Islande est entachée par ces expressions de haine. »

Paris, le 2 octobre 2020 

À la suite de nos lettres adressées aux Premiers ministres suédois, danois et norvégien au sujet d’affiches antisémites placardées devant les synagogues et les institutions juives, le directeur des Relations internationales du Centre Simon Wiesenthal, Shimon Samuels, s’indignait aussi auprès de la Première ministre d’Islande, Katrín Jakobsdóttir.

« Le festival ‘‘Falastin’’ est une voix qui peut inciter à la haine. Il ne s’agit pas de ‘‘liberté d’expression’’. » 

Paris, le 1er octobre 2020 

Dans une lettre adressée au Premier ministre italien, Giuseppe Conte, le directeur des Relations internationales du Centre Wiesenthal, Shimon Samuels, lui exprimait « sa profonde préoccupation face au festival Falastin-Palestine qui se tient du 1er au 4 octobre dans les jardins de Verano, à Rome (district de San Lorenzo). Ce festival est organisé sous le patronage du 2e arrondissement.

« Nous avons été scandalisés d’apprendre qu’un magistrat de la police d’Oslo aurait eu l’audace de défendre ‘‘au nom de la liberté d’expression’’ des affiches qui accusent les Juifs de ‘‘cruauté envers les animaux, misogynie, agressions sexuelles et pédophilie’’… C’est une menace directe pour les communautés juives de, jusqu’à présent, trois pays nordiques. »

Paris, le 30 septembre 2020

À la suite de nos lettres adressées hier aux Premiers ministres suédois et danois, le directeur des Relations internationales du Centre Simon Wiesenthal, Shimon Samuels, s’est tourné vers la Première ministre de Norvège, Erna Solberg, pour l’alerter sur les affiches de l’organisation néo-nazie Mouvement de résistance nordique (MRN) qui ont été placardées à Oslo devant la synagogue et l’ambassade d’Israël, le jour de Kippour, la fête religieuse la plus importante du calendrier juif.

« Nous avons été scandalisés d’apprendre qu’un magistrat de la police d’Oslo aurait eu l’audace de défendre ‘‘au nom de la liberté d’expression’’ des affiches qui accusent les Juifs de ‘‘cruauté envers les animaux, misogynie, agressions sexuelles et pédophilie’’… C’est une menace directe pour les communautés juives de, jusqu’à présent, trois pays nordiques… De toute évidence, la police d’Oslo manque de formation sur le contrôle de la haine », indiquait la lettre.

« Nous exigeons des excuses de la part des forces de police et une condamnation en bonne et due forme des auteurs de ces actes. Il faut aussi que ce mouvement néo-nazi qui sévit en Scandinavie soit interdit en Norvège, comme cela a été le cas en Finlande », concluait Shimon Samuels.

* * *

Si vous êtes témoin ou victime d’antisémitisme ou de toute forme de discrimination dans les réseaux sociaux, veuillez nous contacter.

« La combinaison de haine et de technologie est le plus grand danger qui menace l’humanité. » (Simon Wiesenthal, 1908-2005)

 

Paris, le 29 septembre 2020 

Dans une lettre adressée aux Premiers ministres suédois et danois, respectivement Stefan Löfven et Mette Frederiksen, le directeur des Relations internationales du Centre Simon Wiesenthal, Shimon Samuels, leur faisait part de son indignation devant des affiches de l’organisation néo-nazie Mouvement de résistance nordique. (MRN) Ces affiches sont d’abord apparues à Norrköping, en Suède, le jour de Yom Kippour, la fête religieuse la plus importante du calendrier juif.

29 September 2020
Affiches du MRN à Norrköping, accusant les Juifs de « cruauté envers les animaux, misogynie,
agressions sexuelles et pédophilie… » Cette dernière affiche, traduite en danois, est relayée
par les réseaux sociaux.

« Nous exigeons qu’une enquête soit immédiatement ouverte pour condamner les auteurs de ces affiches. Le MRN, organisation néo-nazie qui sévit dans toute la Scandinavie – Suède, Danemark, Norvège et Islande –, doit absolument être interdite, comme cela a été le cas en Finlande », indiquait la lettre.

« Quand de jeunes individus du MRN à l’allure hitlérienne ont tenté de saccager l’exposition du Centre « Le Peuple, le Livre, la Terre : 3 500 ans de relations entre le peuple juif et la Terre sainte » au festival d’Almedalen, à Visby, ils ont été refoulés par des membres de l’association chrétienne Amitié Suède-Israël », concluait Shimon Samuels.

* * *

Si vous êtes témoin ou victime d’antisémitisme ou de toute forme de discrimination dans les réseaux sociaux, veuillez nous contacter.

« La combinaison de haine et de technologie est le plus grand danger qui menace l’humanité. » (Simon Wiesenthal, 1908-2005)

« Le 11 septembre dernier, le Centre Wiesenthal et ses membres chrétiens de Norvège avaient demandé à la Première ministre Erna Solberg d’honorer leur demande d’extradition pour que le suspect soit jugé à Paris. »

« Si le meurtrier, Anders Behring Breivik, avait fui la Norvège, votre gouvernement aurait certainement demandé son extradition pour qu’il soit jugé afin que les familles des victimes et les rescapés puissent faire leur deuil. Les familles des victimes et les rescapés de l’attentat de la rue des Rosiers ne méritent rien de moins… »

Paris, le 26 septembre 2020 

Dans sa lettre du 11 septembre à la Première ministre de Norvège, Erna Solberg, le directeur des Relations internationales du Centre Wiesenthal, Shimon Samuels, l’implorait : « Walid Abdulrahman Abou Zayed a échappé à la justice pendant 38 ans… Les familles des six personnes tuées et les vingt-deux blessés de l’attentat de la rue des Rosiers, le 9 août 1982, méritent de faire leur deuil… Son transfert en France devrait être une question de quelques semaines, le temps que les deux démocraties s’organisent. »