« L’ONU doit empêcher que la Fédération d’Israël de football soit expulsée de la Fifa, par suite de la requête qui sera formulée par les Palestiniens le 9 janvier prochain. »

Paris, le 6 janvier 2017

S’adressant à Antonio Guterres, le nouveau Secrétaire général de l’ONU – en raison de la vacance actuelle du poste de Conseiller spécial des Nations unies pour le sport au service du développement et de la paix (UNOSDP) –, le directeur des Relations internationales du Centre Simon Wiesenthal, Shimon Samuels, attirait son attention sur le rôle de l’UNOSDP tel que défini dans son énoncé de mission : « Sensibiliser sur l’utilité de l’activité physique dans le sport et le jeu en tant qu’instruments puissants pour l’avancée et le développement de la paix… » La lettre précisait que, « le 13 décembre 2016, l’UNOSDP avait conclu un partenariat avec la Fédération internationale de football association (Fifa) ».

Le Centre priait instamment le Secrétaire général de « condamner l’abus fait par la Fédération de Palestine de football en nommant tous ses 21 clubs, équipes, tournois et stades en l’honneur de terroristes notoires, dont Saleh Khalaf (aka Abu Iyad), responsable du meurtre de deux diplomates américains et du massacre de 11 athlètes aux jeux Olympiques de Munich de 1972… Plusieurs de ces icônes glorifiées sont membres du Hamas – désigné comme organisation terroriste, interdite par l’Union européenne, les Etats-Unis et d’autres Etats membres de l’ONU ».

M. Samuels prévenait que « la semaine prochaine, le 9 janvier, la Fédération de Palestine de football réclamera l’expulsion de la Fédération d’Israël de football de la Fifa – dont le président a reçu cette lettre en copie ».

La lettre soulignait que « le football palestinien sabote les valeurs déclarées des Nations unies et l’énoncé de mission de l’UNOSPD sur ‘‘le Sport au service de la paix’’ ».

Le Centre implorait l’ONU de « prendre les mesures nécessaires pour crever cet abcès et de travailler avec l’Association de football, votre partenaire, et avec la Fifa, afin de faire cesser, une fois pour toutes, ces offensives contre le football israélien. Exigez aussi de la Fédération de Palestine de football qu’elle retire ces icônes de la terreur de ses clubs, équipes, tournois et stades ».

« Ni les Nations unies ni le sport ne peuvent être associés à cet abus constant du football, ce jeu magnifique, détourné pour le compte du terrorisme », concluait M. Samuels.

En pièce jointe, la liste complète (avec la permission de Palestinian Media Watch <www.palwatch.org>), en anglais, des 21 organismes palestiniens qui glorifient la terreur.

Palestinian_Football_Clubs.pdf