« Nous sommes conscients que la revendication palestinienne d’exclure l’association de football israélienne risque d’être présentée au Conseil et au Congrès de la FIFA, respectivement les 9 et 11 mai prochain… Inversement, nous demandons que la Fédération de Palestine de football soit exclue de la FIFA jusqu’à ce que tous les noms des terroristes soient retirés des clubs, tournois et stades palestiniens. »

Paris, le 4 mai 2017

Le directeur des Relations internationales du Centre Simon Wiesenthal, Shimon Samuels, a adressé une lettre au président de la FIFA (Fédération internationale de football association), Gianni Infantino, et au directeur de son Département disciplinaire, Jaime Cambreleng, pour protester contre les tentatives répétées des Palestiniens de politiser le football : ceux-ci réclament en effet l’expulsion de l’association de football israélienne (Israeli Football Association, IFA) de la FIFA.

« Au contraire, c’est la Fédération de Palestine de football (FPF) qui doit en être exclue, pour cause d’infraction à la réglementation de la FIFA », soutenait M. Samuels.

La lettre indiquait que « notre Centre lutte depuis de longues années, en collaboration avec l’UEFA (Union des associations européennes de football) et ses ONG sœurs, contre le racisme et la violence au sein du football européen et, plus récemment, en Amérique latine, par le biais du Parlatino (Parlement latino-américain) ».

« Or, cela fait maintenant trois ans que nous alertons la FIFA sur les perpétuelles incitations et le soutiencontinu au terrorisme défendus par Jibril Rajoub, ministre palestinien des Sports et président de la FPF… D’ailleurs, avec un petit groupe d’amis chrétiens d’Israël, j’ai été physiquement agressé par ses supporters devant le siège de la FIFA à Zurich, lors de son 65e congrès, en juillet 2015 », déplorait M. Samuels.

En août 2016, le Centre avait fourni à la FIFA et au Bureau des Nations unies pour le sport au service du développement et de la paix une liste d’assassins devenus des icônes dans toutes les activités sportives palestiniennes. La liste complète (en anglais) des 21 organisations palestiniennes qui glorifient la terreur se trouve en pièce jointe (d’après Palestinian Media Watch <www.palwatch.org>).

La lettre précisait : « Nous sommes conscients que la FPF politise encore une fois le football en revendiquant l’expulsion de l’association de football israélienne de la FIFA, revendication qui sera présentée à son prochain Conseil, le 9 mai prochain, et à son Congrès, le 11 mai. Ce n’est qu’un simple stratagème pour couvrir la campagne de terreur menée par la FPF, en violation du règlement de la FIFA. »

La lettre se poursuivait en ces termes : « En établissant un lien entre ses ‘‘héros du sport’’ et les terroristes antisémites, l’Autorité palestinienne, par le biais de la FPF, fomente délibérément la haine au sein de sa jeunesse et anéantit ainsi tout espoir de paix… En fait, M. Rajoub définit les rencontres sportives entre jeunes Palestiniens et leurs pairs israéliens comme ‘‘un crime contre l’humanité’’. »

« C’est pourquoi le Centre Wiesenthal est fier de s’associer à la plainte de Palestinian Media Watch : ‘‘Chassez la terreur du football !’’ (voir la pièce jointe, en anglais). Il ajoute un appel à la FIFA pour qu’elle en exclue la Fédération de Palestine de football jusqu’à ce que l’Autorité palestinienne retire tous les noms des terroristes de tous les secteurs du sport palestinien et que Ramallah condamne publiquement leurs actes de terreur », concluait M. Samuels.

Palestinian_Football_p.pdf

Kick_Terror_out_of_Football_p.pdf