« Nous ne pouvons qu’espérer que cet acte est le fait d’un loup solitaire antisémite ou d’un employé fraîchement converti au djihad. »

« Laisser ce problème sans réponse sera interprété comme un appui de l’AFP à la politique déclarée de l’Iran d’éradiquer l’Etat juif et un encouragement pour ses adeptes. »

Paris, le 7 juin 2017

Dans une lettre adressée au président-directeur général de l’AFP, Emmanuel Hoog, le directeur des Relations internationales du Centre Simon Wiesenthal, Shimon Samuels, lui faisait part de l’effroi que suscitait la carte du Moyen-Orient diffusée sur les pages Twitter et Facebook de l’AFP, où Israël ne figurait pas. 

M. Samuels lui signalait que « nos adhérents sont horrifiés de découvrir la carte du Moyen-Orient figurant sur les pages Twitter et Facebook de l’AFP (ci-dessous) ».

Il poursuivait en ces termes : « Quand l’Iran avait rayé l’Etat d’Israël de la carte, beaucoup avaient considéré ce geste comme ‘‘une intention génocidaire’’. » 

La lettre soutenait: « Que l’Agence France-Presse (AFP) – une importante agence de presse mondiale – semble s’abaisser au point de commettre la même injure, nous ne pouvons qu’espérer que cet acte est le fait d’un loup solitaire antisémite ou d’un employé fraîchement converti au djihad ».
 
Le Centre demandait instamment « une enquête de l’AFP, la condamnation et le renvoi immédiat de ce délinquant ».
 
« Laisser ce problème sans réponse sera interprété comme un appui de l’AFP à la politique déclarée de l’Iran d’éradiquer l’Etat juif et un encouragement pour ses adeptes », concluait M. Samuels.

AFPmap