Herzliya, Israël, le 22 juin 2017 

Souvent qualifiée de « Davos israélienne », la conférence de Herzliya réunit chaque année de prestigieux dirigeants israéliens dans les domaines politiques et militaires, les services de renseignements, les milieux universitaires et journalistiques, ainsi que leurs homologues étrangers. 

Son point d’orgue est son jeu de simulation stratégique : l’an passé, il consistait à simuler une attaque iranienne sur un gisement de pétrole saoudien ; cette année, il s’agissait d’une attaque conjointe du Hezbollah et du Hamas sur Israël. 

Pour la première fois cette année, un atelier organisé par l’Ambassade chrétienne internationale de Jérusalem présentait fièrement sa coopération internationale, en pleine expansion, entre évangéliques et juifs pour soutenir Israël. Au nombre des participants figuraient des représentants venus d’Europe, d’Amérique du Nord et du Sud, d’Afrique et d’Asie, ainsi que des responsables du ministère israélien des Affaires étrangères. 

Le directeur des Relations internationales du Centre Simon Wiesenthal, Shimon Samuels, a décrit l’usurpation des patrimoines juifs et chrétiens orchestrée par l’Unesco et son Comité du patrimoine mondial. M. Samuels a prédit que de nouvelles offensives contre l’histoire judéo-chrétienne surviendraient à la prochaine séance onusienne qui doit se tenir à Cracovie, en Pologne. 

Il a ajouté que l’exposition du Centre, « Le Peuple, le Livre, la Terre : 3 500 ans de relations entre le peuple juif et la Terre sainte » contrebalançait efficacement cette offensive. L’exposition a débuté à l’Unesco à Paris, elle a continué son parcours au siège de l’ONU à New York, au Congrès américain, à la Knesset israélienne, au Vatican, à la Chambre des communes britannique. Elle est actuellement présentée en Argentine et au Chili. 

Il a été convenu à Herzliya qu’au sein des 3 500 ans qui lient les juifs à Israël, 2 000 ans de relations entre les chrétiens et la Terre sainte se trouvaient maintenant en danger – sans compter leur présence physique. 

Les représentants de l’Ambassade chrétienne internationale de Jérusalem ont exprimé leur hâte de devenir partenaires de l’exposition dans leur propre sphère. 

Zalman Shoval, ancien ambassadeur d’Israël aux Etats-Unis et diplomate chevronné, a reçu la Magen, insigne du Prix d’excellence décerné par cette conférence de Herzliya. 

22 June 2017
Shimon Samuels et Zalman Shoval.