« Une telle haine envers les Juifs mine de facto les liens qui unissent l’Égypte et Israël dans leur lutte commune contre le terrorisme. Elle justifie les agressions contre les Juifs et met davantage en péril les chrétiens coptes, victimes d’attaques continuelles. »

Paris, le 18 août 2017

 Dans une lettre adressée au secrétaire général de l’Union interparlementaire (UIP), Martin Chungong, le directeur des Relations internationales du Centre Simon Wiesenthal, Shimon Samuels, dénonçait l’incitation à l’antisémitisme qui sévit au Parlement égyptien.

Faisant allusion à l’UIP en tant qu’« organisation internationale des Parlements », M. Samuels prenait acte de sa « stratégie pour 2017-2021 : ‘‘Des parlements démocratiques plus forts au service du peuple’’, avec une attention particulière portée à ‘‘la consolidation de la paix’’ ».

La lettre rappelait en outre qu’en février dernier , l’UIP avait appuyé des plaintes relatives à « l’image humiliante que le monde se fait du Parlement égyptien », ajoutant que « ces exemples constituent une violation directe de l’encouragement à ‘‘la consolidation de la paix’’, car le fait de fomenter la haine sape tout espoir de paix au Moyen-Orient ».

M. Samuels expliquait que, « le 25 juillet 2017, Muhamad Al-Ghoul, vice-président de la Commission des droits de l’homme au Majlis (Parlement égyptien), avait annoncé à la Chambre des représentants que le comportement de ‘‘l’entité sioniste’’ à Jérusalem vis-à-vis des lieux saints de l’islam se fonde sur le quatrième protocole des Protocoles des Sages de Sion ».

Source : Youm7 (25 juillet 2017)
http://www.youm7.com/story/2017/7/25/3339153/

Son rapport se poursuivait en ces termes : « Auparavant, le 4 juillet, M. Al-Ghoul avait pris la parole à la Chambre des représentants, s’adressant à son président, pour attirer son attention sur l’exploitation pétrolière… Il avait signalé qu’il y avait dans le désert, à l’ouest de l’Égypte, 8,2 millions de mines terrestres, semées par l’Angleterre et l’Allemagne pendant la Deuxième Guerre mondiale. ‘‘Ces mines gênent l’exploration pétrolière. L’Allemagne et l’Angleterre doivent payer pour le retrait de ces mines, [tout comme] Israël extorque de l’argent à l’Allemagne (à hauteur de milliards de dollars) à cause du soi-disant Holocauste’’ ».

Source : page officielle de Muhamad Al-Ghoul sur Facebook (19 juillet 2017), avec une vidéo intégrée (1:17 – 1:25)
https://www.facebook.com/maelghool/videos/1948953955376272/

Également disponible sur la chaîne YouTube de La Voix du peuple (1:03:35 – 1:03:44)
https://www.youtube.com/watch?v=_z8OJJ_aTUg/

Le Centre exprimait son indignation : « L’air amusé du président et l’éclat de rire de M. Al-Ghoul et de ses collègues du Parlement étaient horribles à voir : c’était une pure et simple banalisation de la haine des Juifs. Si une telle démonstration se produisait dans un organe législatif en Occident à l’encontre des musulmans, il en résulterait un tollé général, auquel nous serions les premiers à participer ».

« Une telle haine envers les Juifs mine de facto les liens qui unissent l’Égypte et Israël dans leur lutte commune contre le terrorisme. Elle justifie les agressions contre les Juifs et, par association, met en péril les chrétiens coptes, victimes d’attaques continuelles », alertait M. Samuels.

Le Centre priait instamment l’UIP « de prévenir le Parlement égyptien qu’une telle incitation à l’antisémitisme n’est pas en conformité avec son adhésion. Le risque d’être suspendu pourrait peut-être agir comme un frein sur cette nouvelle ‘‘image humiliante’’ du Parlement égyptien ».