« Réclamation auprès de booking.com : ‘‘Retirez Apartmenthaus Paradies de votre fichier et expliquez la cause antisémite de cette suppression sur votre site Internet.’’ »

« Nous conseillons à nos adhérents et à la communauté juive du monde entier, ainsi qu’à leurs amis non juifs, de boycotter cet horrible hôtel. »

Paris, le 15 août 2017

Dans une lettre adressée à la ministre suisse de la Justice, Simonetta Sommaruga, le directeur des Relations internationales du Centre Simon Wiesenthal, Shimon Samuels, lui signalait que les adhérents du Centre étaient « scandalisés par les écriteaux qui accueillent les familles juives orthodoxes à leur arrivée à l’hôtel Apartmenthaus Paradies, à Arosa, dans les Grisons :

- Sur le perron de l’hôtel : ‘‘À nos hôtes juifs. Veuillez prendre une douche avant d’aller nager. Si vous enfreignez le règlement, je me verrai dans l’obligation de vous interdire l’accès à la piscine. Merci de votre compréhension. Ruth Thomann’’

- Un autre écriteau, dans la cuisine : ‘‘À nos hôtes juifs. Vous avez accès au réfrigérateur de 10 h à 11 h le matin et de 16 h 30 à 17 h 30 l’après-midi. J’espère que vous comprendrez que notre équipe n’aime pas être dérangée à toute heure.’’ »

M. Samuels indiquait que « la référence aux ‘‘douches’’ peut être interprétée comme une allusion cruelle aux faux pommeaux de douche des chambres à gaz nazies. En outre, le fait que ces écriteaux soient en anglais signifie clairement qu’ils sont destinés à des touristes juifs étrangers. »

La lettre soulignait que « cette affaire rappelle tristement la pseudo-neutralité suisse pendant la Deuxième Guerre mondiale, exprimée en fermeture de ses frontières pour les réfugiés juifs fuyant l’Allemagne nazie, et en exigence que les papiers d’identité des Juifs portent le proéminent ‘‘J’’ qui, en réalité, équivalait à une condamnation à mort ».

Le Centre avisait la ministre qu’« il demandait à Gillian Tans, PDG de booking.com, de retirer Apartmenthaus Paradies de son fichier et d’expliquer la cause antisémite de cette suppression sur son site Internet ».

« De même, nous vous prions instamment d’enquêter sur les circonstances et la responsabilité de Ruth Thomann, et de prendre toute mesure légale qui s’impose pour fermer cet hôtel haineux et en pénaliser la direction… Nous conseillons à nos adhérents et à la communauté juive du monde entier, ainsi qu’à leurs amis non juifs, de boycotter cet horrible hôtel », concluait M. Samuels.