Paris, le 18 juillet 2016

Le directeur des Relations internationales du Centre Simon Wiesenthal, Shimon Samuels, a exprimé au nom des 400 000 membres du Centre – dont 2 000 vivent en France – « notre solidarité avec les blessés et les familles des victimes du massacre perpétré à Nice le soir du 14 juillet. »

Il ajoutait que « la terreur doit être combattue sans euphémismes. Pendant trop longtemps, les actes des auteurs de violences ont été justifiés par une ‘‘culture d’excuses’’ : les terroristes sont ‘‘désabusés’’, ‘‘victimes de discriminations’’, ‘‘aigris’’, ‘‘induits en erreur’’, etc. … Le terrorisme ne peut être combattu au moyen de conférences internationales sur le conflit israélo-palestinien ou de résolutions des Nations unies ».

Commandée à distance depuis le Moyen-Orient ou financée par l’Iran, la terreur par des « loups solitaires » en Europe, et particulièrement en France, ne peut être combattue par la conciliation. Le résultat en est toujours que « celui qui nourrit le crocodile sera le dernier à être dévoré », concluait M. Samuels.