« Les ambassades des États-Unis et de la France, rejointes par l’Unesco, se trouvent dans des pavillons situés au milieu d’ouvrages antisémites et sur la théorie du complot des plus ignobles. Ces ouvrages sont exposés sur les stands de la foire internationale du livre de Doha ».

Paris, le 7 décembre 2016

Dans une lettre adressée à Salah bin Ghanem bin Nasser Al Ali, ministre de la Culture et des Sports du Qatar, le directeur des Relations internationales du Centre Simon Wiesenthal, Shimon Samuels, lui exprimait son indignation face aux innombrables ouvrages incitant à la haine des Juifs, exposés à la foire internationale du livre de Doha (Doha International Book Fair, DECC).

M. Samuels indiquait que, cette année, la foire se termine le 11 décembre, laissant ainsi du temps pour retirer ces livres antisémites et sur la théorie du complot :

Dar al-Kitab al-Arabi (stand C70)

1- Les Barons de l’argent et des affaires, par Abd al-Moein al-Shawaf (les Juifs contrôlent la finance mondiale et l’économie…)

2- Theodor Herzl... le diable sioniste et le Satan de l’ère moderne, par Essam Abd el-fatah et Mohammed Suefy Abdallah

3- Le Pharaon propriétaire des actions… La judaïsation de l’Histoire et de la Terre… Le Mensonge de la Terre promise, par Ahmed Saadeddin

4- Les Rothschild, par Magdy Kamel

5- Le Juif international, par Henry Ford, traduit par Youssif Rashad

6- Qui crée les dictateurs ? par Majdi Kamel (Hitler, Staline, Mao, Franco, Idi Amin, Bokassa, Noriega, Saddam Hussein, George W. Bush en tant que créatures des Juifs)

7- Mein Kampf, traduit par Farid al-Falluji

8- L’autre visage de Hitler, par Fareed al-Falluji/Hasan Hamdy

9- Les Crimes des services de renseignements israéliens, par Evgeniy Korshunov, traduit par Adnan Gamous

10- Le Mossad... Les secrets de la sale guerre pour assassiner les dirigeants, par Adel El-Gogary

11- Les Dirigeants de Sion… documents, photos et confessions, par Magdy Kamel

DOHA1

Centre arabe de recherche et d’études politiques (stand C1)

12- Le Crime saint : le génocide, depuis l’idéologie de la Bible hébraïque jusqu’au projet sioniste, par Essam Sakhnini, publié par ce centre en 2012

https://en.wikipedia.org/wiki/Arab_Center_for_Research_and_Policy_Studies

Ce livre aborde les allégations qui entourent l’histoire des exterminations massives et des persécutions dont les Juifs furent l’objet tout au long de l’Histoire. L’auteur croit que certaines de ces allégations appartiennent au monde des contes de fées, qu’elles n’ont pas de réalité historique, et que d’autres sont exagérées et surmédiatisées.

Il met l’accent sur la mentalité du génocide dans le livre religieux juif et dans le mouvement sioniste vis-à-vis des Palestiniens (et d’autres).

Source : Doha Institute (éditeur) - https://bookstore.dohainstitute.org/p-67.aspx

Samarkand Publishing (stand B33)

13- La Fille de Sion, par le Dr Sherif Shaban, publié par Kayan Publishing (note : Samarkand expose des livres pour le compte de Kayan et de quatre autres éditeurs égyptiens)

DOHA2

La lettre insistait sur ce point : « Ce qui est encore plus alarmant, c’est qu’une recherche sur ‘‘la 27e foire du livre de Doha 2016’’ mène à une vidéo YouTube sur les préparations du 28 novembre et en marge, entre autres, à un lien sur un film de presque deux heures intitulé « La synagogue de Satan – en marche vers Sion : les Juifs à découvert ! »

DOHA3

Elle se poursuivait en ces termes : « De la même manière que notre organisation s’offusquerait de tout contenu antimusulman, nous vous serions obligés de prendre des mesures pour annoncer que le Qatar réprouve l’incitation à la haine et à la violence contre les Juifs. »

Le Centre ajoutait : « Nous savons que le contrat conclu entre la foire du livre de Doha et ses exposants comprend une clause interdisant toute publication qui offense l’islam. Nous vous prions instamment d’y ajouter le judaïsme, le christianisme et les autres cultes, afin de créer une plateforme de solidarité entre tous les croyants. Si de telles manifestations de haine se poursuivaient à la DECC, l’image et les intérêts du Qatar s’en trouveraient ternis. »

« Monsieur le Ministre, nous espérons avoir très vite de vos nouvelles au sujet de votre collaboration dans la lutte contre toute forme d’intolérance », concluait M. Samuels.

Il exprimait en particulier son indignation contre le fait que « les ambassades des États-Unis et de la France, rejointes par l’Unesco, se trouvent dans des pavillons situés au milieu de titres antisémites et sur la théorie du complot des plus ignobles. Ces ouvrages sont exposés sur les stands de la foire internationale du livre de Doha depuis son ouverture, le 30 novembre dernier ».

Cette lettre de protestation a été communiquée à l’ambassadrice des États-Unis en France, au ministre français des Affaires étrangères et à la directrice générale de l’Unesco.