Paris, le 27 juillet 2012

Dans un lettre à la Ministre de la Culture, Aurélie Filippetti, le Directeur des relations internationales du Centre Simon Wiesenthal, Dr. Shimon Samuels et le Président du Centre Simon Wiesenthal - France, Richard Odier, expriment "les graves inquiétudes des adhérents français de notre Centre devant l'utilisation du prestigieux Festival d'Avignon 2012 comme une plateforme pour la délégitimisation de l'État d'Israël et comme un catalyseur de haine à l'encontre des Juifs de France à qui l'État hébreu est cher."

Le Centre note que "le 16 juillet, au cours du spectacle multimedia 'Jerusalem - Plomb Durci' une série de résolutions des Nations Unies (depuis 1952 jusqu'à aujourd'hui) rendant Israël responsable de tous les maux du Moyen-Orient et au-delà, le présentant en outre comme une entité illégale et délinquante fut méthodiquement et délibérément projetée." 

"Aucune mention ne fut faite du terrorisme et des agressions dont Israël est victime depuis sa fondation ainsi que ses citoyens et la diaspora juive. Aucune mention non plus des auteurs et des porteurs de ces résolutions de l'ONU : Kaddafi, Assad père et fils et d'autres dictateurs dont les pays président et dirigent le Comité des droits de l'Homme et d'autres agences de l'ONU" insiste Samuels. 

Pour Odier, "le Festival d'Avignon, ses parrains et ses mécènes  - principalement votre Ministère - ont soutenu, cet été, un déchaînement de haine qui, selon la 'Définition de travail de l'Agence des droits fondamentaux de l'Union européenne' est un facteur contribuant à l'antisémitisme. 

En effet, il est ironique de constater qu'à Avignon, une ville dont la culture bénéficie largement de sa communauté juive depuis le Moyen Age, on viole les mesures prises par le Conseil de l'Europe contre la discrimination ethnique, religieuse et nationale. 'Jerusalem - Plomb Durci' conforte, en outre, la judéophobie de ceux pour qui le terroriste Mohammed Mera est une icône et qui encourage des atrocités telles que celle de Toulouse." 

Samuels et Odier en appellent à la Ministre, "dans la perspective de nos collaborations passées en faveur de campagnes de lutte contre le racisme et les génocides"..."de condamner aujourd'hui publiquement la présentation de 'Jerusalem -  Plomb Durci' au Festival d'Avignon, de lancer une enquête sur les responsables et de prendre les mesures disciplinaires appropriées en les privant, si une telle programmation est prévue pour le Festival d'Avignon 2013, de toute subvention gouvernementale." 

"Il nous semble, en effet, que de telles mesures seraient dans l'esprit de l'engagement pris par le Président Hollande cette semaine, au cours des commémorations qui marquèrent le 70e anniversaire de la Rafle du Vel d'Hiv, de lutter 'avec la plus grande détermination' contre l'antisémitisme." 

"De telles mesures aideraient nos adhérents à décider de leur éventuelle participation ou contribution au Festival" conclut la lettre.