Paris, le 26 juin 2012

Dans une lettre à Jin Yong Kim, Président de la Banque mondiale, le Dr. Shimon Samuels, Directeur pour les relations internationales du Centre Simon Wiesenthal, "demande qu'une enquête soit menée sur la rencontre qui aurait eu lieu la semaine dernière à Gaza, entre Inger Andersen, vice-présidente de la Banque Mondiale pour le Moyen-Orient et des dirigeants politiques du Hamas."

"L'UE et l'ONU ont, toutes deux, désigné les branches politique et militaire du Hamas comme des organisations terroristes, qui, en ce moment même, envoient des missiles sur Israël" poursuit la lettre. 

Pour Samuels, "la déclaration de Mme Andersen selon laquelle Gaza connaîtrait une 'crise fiscale' ne peut être qu'une facétie. 

Cependant, ses commentaires faisant savoir que 'les efforts pour développer les investissements seront inutiles tant que ne seront pas mis en oeuvre des changements fondamentaux en faveur d'une plus grande liberté de mouvement et un plus large accès aux ressources' exigent une explication." 

"Plaide-t-elle en faveur d'un changement de régime à Gaza?" demande Samuels, ajoutant que "si, au contraire, sa déclaration induit une critique de la Banque mondiale à l'encontre des dispositions anti-terroristes d'Israël, notre Centre demande que des mesures appropriées soient prises." 

"Tant que cette situation demeurera floue, la Banque mondiale sera malheureusement perçu comme un soutien du terrorisme et, de ce fait, comme encourageant la violence dans la région" conclut Samuels.