Réponse de Booking.com :
« Chez Booking.com, nous ne tolérons aucune discrimination, et si nous découvrons qu’un hôtel répertorié sur notre site a un comportement discriminatoire, nous menons une enquête complète et, le cas échéant, cessons toute collaboration avec lui et le retirons de notre site. Dès que nous avons été informés de cette affaire, nous avons contacté le client victime, lui avons proposé de couvrir les frais engagés pour trouver un autre logement, et avons retiré cet hôtel de notre site. »

Paris, le 14 janvier 2018

Bien qu’une réservation ait été confirmée par le biais de Booking.com, le propriétaire de l’hôtel Buena Vista, situé à Valizas, Rocha, Uruguay, a refusé deux touristes quand il a découvert qu’ils étaient israéliens. Ceux-ci voyageaient à travers l’Amérique latine.

Il les a réprimandés pour « la politique de votre pays », ajoutant : « Vous n’êtes pas les bienvenus chez moi. »

Le propriétaire, Marcelo Piñero, avait affiché sur Facebook qu’il refuserait en particulier « tout jeune Israélien qui aurait servi dans l’armée car, il y a quelques années, l’un d’entre eux lui avait dit avoir été entraîné pour tuer en quinze secondes ». M. Piñero est convaincu que son comportement n’est « ni discriminatoire ni antisémite ».

« La condamnation de tout un groupe pour la politique d’un de ses membres est la définition même de la discrimination », indiquait Ariel Gelblung, le représentant du Centre Simon Wiesenthal en Amérique latine.

Shimon Samuels, directeur des Relations internationales du Centre, déclarait quant à lui : « Tout comme dans l’affaire qui a récemment eu lieu en Suisse, nous exigerons que Booking.com retire cet établissement de son site de réservation au motif qu’il viole les principes de non-discrimination auxquels il est tenu… Nous alerterons également nos plus de 400 000 membres du monde entier pour qu’ils boycottent cet hôtel s’ils se rendent en Uruguay. »

Le Centre apprécie la déclaration de la ministre uruguayenne du Tourisme, Liliana Kechichian, qui a condamné l’attitude de ce propriétaire. Nous attendons maintenant son rapport et les mesures qu’elle prendra contre cet hôtel haineux.