Paris, le 12 juin 2018

De sa campagne pour les Juifs soviétiques à sa création du Comité suédois contre l’antisémitisme, le vice-premier ministre suédois Per Ahlmark était un Juste contemporain parmi les nations, un fidèle ami de l’État d’Israël. Il s’était engagé pour manifester son soutien à Israël en temps de guerre.

J’avais été invité au 70e anniversaire de Per, célébré à Stockholm en 2009. Sa santé était déjà déclinante mais, tout comme feu Simon Wiesenthal, il aimait bien plaisanter. Simon disait que l’humour était « une arme pour les peuples sans défense ». Les histoires sur la politique le faisaient s’esclaffer, et surtout celles sur l’Union soviétique.

Lors de cette réception, quelqu’un à sa table a raconté que le président Brejnev avait souhaité se rendre en Finlande en visite officielle pour déposer une gerbe sur la tombe du Soldat inconnu. Le président Kekkonen était dans tous ses états car la Finlande n’en avait pas. Un de ses collaborateurs lui a alors proposé, pour l’occasion, de recouvrir la tombe de Sibelius d’une toile. Les Russes n’y verraient que du feu ! Mais, cet après-midi-là, une tempête s’est abattue sur Helsinki et la toile a été emportée par le vent. Brejnev, furieux, s’est tourné vers Kekkonen, qui lui a répondu : « Sibelius était un grand compositeur mais, comme soldat, il était totalement inconnu. »

Per était un vaillant « soldat » dans un pays où la plupart des cercles politiques rejetaient son message de justice et son combat contre la haine.

Le peuple juif et ses amis, le Centre Simon Wiesenthal, dont Rabbi Marvin Hier, doyen et fondateur, Rabbi Abraham Cooper, vice-doyen, son équipe et ses membres, le pleurent.

Notre Centre prépare actuellement, avec le Groupe d’amitié Suède-Israël, la présentation à travers la Suède de notre exposition « Le Peuple, le Livre, la Terre : 3 500 ans de relations entre le peuple juif et la terre d’Israël ».

L’exposition, inaugurée à l’Unesco, à Paris, a poursuivi sa route au siège des Nations unies à New York, au Congrès américain, au Parlement britannique, au Vatican, à la Knesset en Israël, à la mairie de Copenhague, au Conseil de l’Europe… Elle se tiendra maintenant en Suède et y sera dédiée à la mémoire de Per Ahlmark. Puisse-t-il reposer en paix et sa famille trouver le réconfort.

Shimon Samuels, directeur des Relations Internationales