« Son exclusion a été annoncée le 20 juillet, ‘‘Journée internationale des échecs de l’Unesco’’. »

« La FIDE doit suspendre la Tunisie si elle n’accorde pas d’invitation à Liel. »

« Juifs, Noirs et Gays ne seront plus jamais exclus des compétitions sportives internationales… Les jeux Olympiques de Berlin de 1936 ne doivent plus jamais se répéter. »

Paris, le 25 juillet 2018

Dans une lettre adressée à Georgios Makropoulos, président par intérim de la Fédération internationale des échecs (FIDE), Shimon Samuels, directeur des Relations internationales du Centre Simon Wiesenthal, se déclarait préoccupé par « l’exclusion de Liel Levitan, la championne israélienne d’échecs âgée de 7 ans, du Championnat international d’échecs 2018 qui doit se tenir à Monastir, en Tunisie, du 1er au 9 septembre prochain ».

25 July 2018
Liel Levitan (capture d’écran de Hadashot TV).

La lettre félicitait M. Makropoulos pour sa nomination « compte tenu de la démission apparente de Kirsan Ilioumjinov, président de la FIDE depuis vingt ans, à la suite d’allégations des Etats-Unis l’accusant d’avoir aidé la Syrie en dépit de sanctions internationales contre son régime ».

M. Samuels remarquait que le site tunisien d’échecs stipulait :
« - le tournoi est ouvert à tous ;
- le code de déontologie de la FIDE sera respecté ;
- [il y aura] un tournoi réservé aux femmes. »

Voir le lien vers « Regulations of Monastir International Chess Festival 2018 » (en anglais)

La lettre se poursuivait en ces termes : « En fait,
- la petite Liel a été exclue uniquement en tant que citoyenne de l’État juif ;
- il s’agit d’une violation flagrante du code de déontologie de la FIDE ;
- tout du moins, Liel, de sexe féminin, devrait être autorisée à concourir au ‘‘tournoi réservé aux femmes’’ tel qu’annoncé. »

M. Samuels soulignait que « l’ordre d’exclusion de Liel a été divulgué le 20 juillet, ‘‘Journée internationale des échecs de l’Unesco’’, contrevenant ainsi à l’engagement de l’Unesco de faire progresser les femmes et les jeunes filles – fait que nous portons à l’attention de la directrice générale de l’Unesco, Audrey Azoulay ». Il ajoutait que « nous encourageons Liel à porter plainte contre la Tunisie au motif que celle-ci entrave sa jeune carrière aux échecs ».

Le Centre priait instamment M. Makropoulos « de suspendre la Tunisie de la FIDE si elle n’accorde pas d’invitation à Liel et, en tant que mineure, à ses parents pour lui permettre de jouer aux échecs avec ses semblables à Monastir ».

La lettre alléguait que « les échecs sont appréciés pour leur valeur de palliatif symbolique de la guerre et comme arme pour résoudre les conflits ».

« Monsieur le Président, soyez assuré que Juifs, Noirs et Gays ne seront plus jamais exclus des compétitions sportives internationales… Les jeux Olympiques de Berlin de 1936 ne se répéteront plus jamais si, en cette occasion, la FIDE prend position », concluait M. Samuels.

Festival_Internationale_des_Echecs_Monastir_2018_English.pdf