Lettre de Shimon Samuels publiée en anglais dans The Jerusalem Post
le 29 août 2018
https://www.jpost.com/Opinion/An-open-letter-to-Jeremy-Corbyn-566112

Vous déclarez que « les sionistes… ne comprennent pas l’humour anglais ». C’est en effet comique, car tant de ceux que vous appelez « sionistes » étaient des électeurs fidèles et des membres du Parti travailliste.

Je suis né à Londres deux semaines après la fin de la Deuxième Guerre mondiale de deux parents à leur tour britanniques de souche. J’ai été élevé dans un immense respect pour le pouvoir de l’eau – la Manche, avec ses 40 km de large, a sauvé les 330 000 Juifs britanniques inscrits en 1941 sur la liste du Protocole de Wannsee, parmi les onze millions de Juifs de trente-trois pays destinés à être exterminés par les nazis.

Mon obsession pour l’eau se justifie peut-être à la vue d’une photo : des policiers anglais des îles Anglo-Normandes, occupées alors par les Allemands, y arrêtent et déportent seize Juifs dans des camps de concentration. Un avant-goût du destin qui attendait leurs coreligionnaires du continent.

C’est pourtant l’Angleterre, seule contre tous, qui a résisté à l’invasion allemande et gagné une guerre pour la défense de ses valeurs et pour son propre salut. Cependant, le gouvernement travailliste d’après-guerre n’a pas su offrir la paix aux rescapés juifs de l’Holocauste, condamnés par le Mandat britannique en Palestine à croupir dans des camps d’internement en Allemagne et à Chypre jusqu’en 1948, date de l’indépendance d’Israël.

Mr. Corbyn, les Juifs britanniques sont fidèles à l’Angleterre, ce qui ne les empêche pas de se sentir concernés par leurs coreligionnaires, que ce soit entre 1945 à 1948, ou pour les Juifs russes dans les années 1970 et 1980, ou encore les Juifs des pays arabes, et pour toute menace qui pèse sur Israël.

Vous déclarez que « les sionistes [euphémisme évident pour Juifs] … bien qu’ils vivent dans ce pays depuis très longtemps, probablement depuis leur naissance, ne comprennent pas l’humour anglais ».

C’est en effet comique, car tant de ceux que vous appelez « sionistes » étaient des électeurs fidèles et des membres du Parti travailliste.

Ce fut le cas de mon oncle Simon qui, à chaque réunion de famille, arborait fièrement les trophées qu’il avait remportés en 1936 à la bataille de Cable Street, dans l’East End de Londres. Il y avait rejoint d’autres travaillistes pour repousser les Chemises noires de l’Union des fascistes britanniques (BUF). Il avait subtilisé leur drapeau et le casque d’un policier qui, proclamait-il, « défendait les fascistes avec un zèle excessif ».

Mr. Corbyn, on a rapporté qu’un autre intervenant à votre conférence où vous parliez de comment « les sionistes ne comprennent pas l’humour anglais », le professeur Ghada Karmi de l’université d’Exeter, a été plus direct, si l’on en croit le Daily Mail : « Les Juifs n’étaient pas les bienvenus en Europe… C’est un peuple impopulaire, malaimé, dont on s’est délesté dans la région [le Moyen-Orient]. »
Jeremy, où est votre réfutation de ce langage qui rappelle tant « les Juifs sont notre malheur » d’Hitler ?

En 2011, vous avez proposé de changer le libellé « Journée de commémoration de l’Holocauste », qui célèbre la libération d’Auschwitz le 27 janvier, en « Journée de commémoration des génocides ». « Pour montrer que le nazisme ne visait pas que les Juifs », aviez-vous expliqué. Aviez-vous vraiment l’intention d’inclure les victimes de tous les génocides, ou vouliez-vous plutôt minimiser le caractère unique de l’Holocauste ?
Vous n’êtes pas un Hitler, mais on peut affirmer que c’est ainsi que l’hitlérisme a commencé.

Votre rhétorique et vos partisans ont transformé le levier de l’antisémitisme en sujet de campagne, ce qui inquiète particulièrement les travaillistes juifs restés fidèles à votre parti malgré les agressions dont ils sont l’objet.

Vous avez recueilli les applaudissements d’étranges supporters, tel Nick Griffin, un leader du Parti national britannique, d’obédience d’extrême droite.

Plus inquiétant encore, vos prises de position ont traversé l’Atlantique pour gagner les éloges de David Duke, ancien Grand Sorcier du raciste Ku Klux Klan. Nous vous recommandons vivement de voir ce film qui vient de sortir, BlacKKKlansman, pour comprendre avec qui vous êtes maintenant associé.

Les Juifs du Royaume-Uni vous ont défini comme « une menace existentielle ». Je me rends maintenant compte que le pouvoir de l’eau a disparu, puisque l’Atlantique et le Pacifique ne sont plus que les fils conducteurs des semences de la haine qui infectent le système international.

Nous, le Centre Simon Wiesenthal, vous considérons vous, Mr. Corbyn, comme un danger planétaire ! Il est temps de donner votre démission, vous pourrez ainsi fulminer et tempêter sans entraves contre les Juifs/sionistes et pour toute autre théorie du complot.

Alors seulement, les travaillistes pourront se purifier et agir à nouveau de manière responsable en tant que parti de la très fidèle opposition de Sa Majesté.