« Le rapport partial de la présidente en exercice de l’APCE, Liliane Maury Pasquier, ‘‘Le traitement des mineurs palestiniens dans le système judiciaire israélien’’, doit être présenté la semaine prochaine…
« Pas un mot sur la maltraitance par les Palestiniens de leurs propres enfants : ils en font aussi bien une menace mortelle que des adultes soumis à un lavage de cerveau pour qu’ils deviennent des assassins. »

« Ils commettent un crime encore plus grave en éduquant la génération future à perpétuer la haine, passant encore et encore outre la volonté de construire un État en paix avec ses voisins. »

Paris, le 3 octobre 2018

Dans une lettre adressée à Wojciech Sawicki, secrétaire général de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE), le directeur des Relations internationales du Centre Simon Wiesenthal, Shimon Samuels, lui faisait part de sa profonde inquiétude devant l’exception réservée à Israël par la présidente en exercice de l’APCE, Liliane Maury Pasquier. Cette Suissesse est membre du Groupe socialistes, démocrates et Verts.

« Nous avons cru comprendre que son rapport, ‘‘Le traitement des mineurs palestiniens dans le système judiciaire israélien’’, doit être présenté la semaine prochaine à la session de l’APCE, indiquait M. Samuels. Il y a lieu de lire la note 41 de ce texte : ‘‘D’autres ont critiqué mon rapport, l’accusant de partialité.’’ On ne peut en effet trouver euphémisme plus puissant. »

Voyez les liens ci-dessous renvoyant à Media Watch, un site palestinien respecté. On y trouve de multiples exemples actuels d’exaltation de la haine des Juifs prônée à la fois par l’Autorité palestinienne et par le Hamas auprès des plus jeunes, glorifiant les enfants martyrs, donnant à des écoles des noms de terroristes, encourageant les enfants à poignarder des Israéliens et utilisant des mineurs comme boucliers humains à Gaza.
http://www.palwatch.org/main.aspx?fi=846
http://www.palwatch.org/main.aspx?fi=339

La lettre attirait l’attention du secrétaire général sur le fait que « pas un mot dans ce rapport n’évoque la maltraitance que les Palestiniens font subir à leurs propres enfants : ils en font aussi bien une menace mortelle que des adultes soumis à un lavage de cerveau pour qu’ils deviennent des assassins. » Elle se poursuivait en ces termes : « Notre Centre surveille l’incitation à la haine sur les stands des salons du livre de plusieurs pays. Nous y décernons un ‘‘prix du Pire délinquant’’, que l’Iran vient de recevoir pour sa littérature enfantine pour les 4-7 ans, glorifiant les attentats-suicide djihadistes perpétrés par des enfants. Que pense Mme Maury Pasquier de ce problème ? »

Le Centre invoquait que « son propre pays, la Suisse, vient de modifier son code pénal pour rendre ‘‘l’homophobie tout aussi illégale que le racisme’’, passible d’une peine d’emprisonnement de trois ans pour les semeurs de haine anti-gays ».
Voir le lien : https://www.gaystarnews.com/article/switzerland-made-transphobia-and-homophobia-as-illegal-as-racism/#gs.Jeguxac

« Mme Pasquier pourrait peut-être faire plus de bien chez elle si elle suivait cet exemple contre l’homophobie en proposant des mesures internationales pour emprisonner les dirigeants palestiniens et leurs familles qui sont prêts à sacrifier leurs enfants comme instruments de haine et de violence… Ces monstres commettent un crime encore plus grave en éduquant la génération future à perpétuer la haine, passant encore et encore outre la volonté de construire un État en paix avec ses voisins. »

« Monsieur le Secrétaire général, nous vous prions instamment de classer ce rapport comme exemple flagrant des trois D de l’antisémitisme : ‘‘Deux poids, deux mesures’’, ‘‘Diabolisation’’ et ‘‘Délégitimation des Juifs’’ », concluait M. Samuels.