Copenhague, le 24 juin 2016

L’exposition parrainée par le Centre Wiesenthal, « Le Peuple, le Livre, la Terre : 3 500 ans de relations entre le peuple juif et la Terre sainte », s’est achevée cette semaine à la mairie médiévale de Copenhague, au Danemark.

Après son inauguration à l’Unesco, à Paris, en juin 2014, l’exposition a tourné au siège des Nations unies à New York, au Congrès américain, à la Knesset (le parlement israélien), au Vatican, au Monténégro et en Albanie.

La première scandinave s’est déroulée à Copenhague le 6 juin dernier. Elle a pu voir le jour grâce à l’initiative d’un consortium de groupes chrétiens danois qui soutiennent l’Etat d’Israël.

Deux cents invités ont participé à son inauguration, dirigée par Yvette Espersen, parmi lesquels des dirigeants de différentes religions, des politiciens, des personnalités culturelles et des diplomates venus de dix-sept pays : Albanie, Allemagne, Argentine, Arménie, Autriche, Brésil, Canada, Chypre, Géorgie, Hongrie, Israël, Italie, Népal, Roumanie, Serbie, Slovénie et Turquie.

1

Le Rabbin Abraham Cooper, doyen adjoint du Centre Simon Wiesenthal, a ouvert la cérémonie. Puis Bertel Haarder, ministre danois des Affaires culturelles et ecclésiastiques, a prononcé une allocution, suivi de Ninna Thomsen, maire de Copenhague, Yair Melchior, Grand Rabbin du Danemark, et Barukh Binah, ambassadeur d’Israël.

2

De droite à gauche : MM. Haarder et Samuels, Mme Espersen,
MM. Cooper, Binah et Melchior, Mme Thomsen.
Photo Hasse Ferrold

Shimon Samuels, directeur des Relations internationales du Centre, a offert à Yvette Espersen, organisatrice de l’exposition de Copenhague, une lampe en provenance de la Terre d’Israël et datant du IIIe siècle.

3

Photo Hasse Ferrold

Au cours des deux semaines où l’exposition a été présentée, plus de deux mille personnes l’ont visitée, dont principalement des élèves et étudiants ainsi que de nombreux touristes, du fait de la proximité de la mairie avec les célèbres jardins de Tivoli. Le livre d’or abonde en expressions de stupéfaction face à la méconnaissance dont souffre l’histoire juive.

Les groupes chrétiens danois travaillent maintenant avec leurs pairs de Scandinavie et des pays nordiques afin que l’exposition puisse y voyager. Ceci en réponse à une campagne qui sévit dans la région pour délégitimer Israël et dénier au peuple juif son patrimoine.