« Le faux document forgé par la Russie tsariste d’un complot juif visant à dominer le monde, Les Protocoles des Sages de Sion, a refait surface en 2015 à la foire internationale du livre de Charjah (Emirats arabes unis). »

Francfort, le 19 octobre 2016

Dans une lettre adressée à la directrice générale de l’Unesco, Irina Bokova, le directeur des Relations internationales du Centre Simon Wiesenthal, Shimon Samuels, lui exprimait sa surprise devant « l’acceptation par l’Unesco d’être l’invitée d’honneur de la foire internationale du livre de Charjah (Emirats arabes unis), qui doit débuter ce 2 novembre ».

Cf. : http://gulfnews.com/news/uae/culture/unesco-to-be-guest-of-honour-at-sharjah-book-fair-1.1908952

M. Samuels, qui assiste actuellement à la Foire du livre de Francfort, expliquait que « le Centre Simon Wiesenthal surveille chaque année les discours de haine propagés sur les stands de six foires du livre arabes ainsi qu’à Francfort, où il collabore avec les responsables de cette manifestation. Charjah et ses voisins émiratis sont au nombre de ces foires ».

UNESCO STS

Shimon Samuels sur le stand de Charjah.

La lettre déplorait que « le faux document forgé par la Russie tsariste d’un complot juif visant à dominer le monde, Les Protocoles des Sages de Sion, a refait surface en 2015 à la foire internationale du livre de Charjah ». Elle ajoutait : « Ce que l’on appelle maintenant ‘‘un laissez-passer pour le génocide’’ et ‘‘un catalyseur de la Shoah’’ est publié par Dar Ruslan. De nombreux exemplaires de cet ouvrage sont présentés sur le stand syrien #A6, mais Dar Ruslan n’est qu’un parmi d’autres éditeurs qui y exposent Les Protocoles.

protocols cover

Couverture des Protocoles des Sages de Sion.

UNESCO Dar Ruslan Protocols

Les ouvrages incriminés se trouvent dans le rectangle rouge.

M. Samuels soulignait que « ceci n’est pas un cas isolé de liaison avec Les Protocoles. En 2015, l’invité d’honneur du salon du livre de Charjah était Mohamed Sobhy, un acteur égyptien, qui a coécrit et joué dans une mini-série en trente épisodes intitulée ‘‘Le cavalier sans cheval’’, série elle aussi inspirée des Protocoles des Sages de Sion. Cette production vénéneuse est télédiffusée chaque année durant le mois du Ramadan dans tout le monde arabe. Elle renforce les stéréotypes antisémites plus que toute autre production ».

Cf. : site américain du Centre Simon Wiesenthal
http://www.wiesenthal.com/site/apps/nlnet/content2.aspx?c=lsKWLbPJLnF&b=4441475&ct=5852841#.WAc3A7WYrhF

L’affiche de l’année dernière :

« Le célèbre acteur et comédien égyptien Mohamed Sobhy sera l’invité de la foire internationale du livre de Charjah 2015.

« Ahmed bin Rakkad Al-Ameri, président de l’Autorité du livre de Charjah et directeur de sa foire du livre, a déclaré : ‘‘Mohamed Sobhy est un artiste et intellectuel des plus renommés. Il a beaucoup à dire sur les problèmes culturels et sociaux du monde arabe. Nous nous réjouissons de l’accueillir sur notre salon et de l’entendre partager avec nous sa vision de la scène culturelle arabe, et particulièrement sa façon de pallier les idéologies sombres et destructrices, ainsi que les moyens qu’il envisage pour promouvoir la conscience intellectuelle et culturelle du peuple arabe.

« Sur son chemin vers la gloire, Sobhy a joué dans des douzaines de pièces de théâtre, de films et de programmes télévisés, notamment dans des drames : Mama America, Bel Arabi Al Faseeh (en arabe classique) et Takhareef (Contes). Pour le grand écran, Sobhy a été la vedette d’Agent N° 13, Al Jareeh, The Wounded et Money and Monsters. Les séries télévisées populaires de Sobhy sont Shamlool (Bien malin), Faares Bela Jawad (Le cavalier sans cheval) et Ayesh Fi Al Ghaybooba (Vivre dans le coma). »

Source : Foire internationale du livre de Charjah

http://www.sharjahbookfair.com/en/newsdetails/400

UNESCO Sobhy

Mohamed Sobhy assis à la gauche de l’émir de Charjah
(5 novembre 2015)

Source : Foire internationale du livre de Charjah Twitter

Voici ce que le dirigeant de Charjah, paradoxalement, déclarait à propos de la foire internationale du livre 2015 : « Dans son discours inaugural, le Dr Shaikh Sultan a dit, ‘‘le livre est la lumière contre l’ignorance’’. Il a ajouté que tous les livres sont les bienvenus à cette foire, à la condition qu’ils ne promeuvent la haine contre personne. »

Dans le même ordre d’idée, le Centre Wiesenthal protestait contre le co-parrainage de cette foire 2015 par The American Library Association.

De retour en 2016, le Centre s’adresse à l’Unesco :

« Madame la Directrice générale, vous vous êtes maintes fois exprimée contre l’antisémitisme. Nous vous prions instamment de dissocier l’Unesco de ce qui risque d’être un autre festival de la haine et, ainsi, d’éviter toute éventuelle perception de l’Unesco comme d’une entité qui sanctionnerait l’antisémitisme », concluait M. Samuels.