Communiqués de presse 2017

« Monsieur le Candidat, Madame la Candidate, soutenez-vous la position de l’actuelle directrice générale, Irina Bokova : ‘‘Le fait de nier, d’occulter ou d’effacer toute tradition juive, chrétienne ou musulmane ébranle l’intégrité de la ville de Jérusalem et va à l’encontre des raisons qui justifient son inscription sur la liste du Patrimoine mondial de l’Unesco’’ ? » 

Paris et Jérusalem, le 21 avril 2017 

Le directeur des Relations internationales du Centre Simon Wiesenthal, Shimon Samuels, et le président de l’Ambassade chrétienne internationale de Jérusalem, Jürgen Bühler, ont conjointement rédigé trois questions sur le patrimoine juif et chrétien, l’antisémitisme et le péril qui guette les chrétiens du Moyen-Orient. Ils ont soumis ces questions aux neuf postulants au poste de directeur général de l’Unesco. Les candidats d’Azerbaïdjan, Chine, Egypte, France, Guatemala, Irak, Liban, Qatar et Vietnam doivent être auditionnés à Paris par le Conseil exécutif de l’Unesco, les 26 et 27 avril prochain. 

MM. Samuels et Bühler leur ont expliqué : « Dans la perspective de votre futur entretien, nos adhérents respectifs apprécieraient vos réponses aux questions suivantes. Nous posons ces questions aux neuf candidats et les communiquons aux cinquante-huit Etats membres du Conseil exécutif (liste en pièce jointe) : 

« Depuis Ilan Halimi jusqu’à Sara Halimi, vos réponses peuvent fournir
un élément d’espoir. Votre silence sera considéré, au mieux, comme de
l’indifférence. »

Paris, le 6 avril 2017

Dans une lettre adressée à chacun des onze candidats au premier tour de
l’élection présidentielle, le 23 avril prochain, le directeur des
Relations internationales du Centre Simon Wiesenthal, Shimon Samuels,
protestait contre « l’horrible acte survenu hier dans le 11e
arrondissement de Paris – l’assassinat de Sara Halimi, une femme de
confession juive âgée de 60 ans, par un homme signalé comme islamiste
qui l’a défenestrée de son appartement sous les cris de ‘‘Allah akbar’’ ».

M. Samuels continuait sa lettre en ces termes : « Ce qui a commencé en
2006 par la prise d’otage et le meurtre d’Ilan Halimi s’est poursuivi
par les massacres de l’école juive de Toulouse et du magasin Hyper
Cacher, ainsi que d’innombrables autres attaques. Ces tragédies ont fait
de la France le pays le plus dangereux pour la population juive.
« L’état d’urgence contre le terrorisme sera levé après les élections
présidentielles. Déjà, la sécurité militaire a été supprimée des cibles
juives sensibles. »

Le Centre interpellait chaque candidat :

Paris, le 31 mars 2017

Dans une lettre adressée à l’ambassadeur Michael Worbs, président du Conseil exécutif de l’Unesco, le directeur des Relations internationales du Centre Simon Wiesenthal, Shimon Samuels, lui exprimait son étonnement « quand j’ai appris que le ministre qatari de la Culture, Hamad bin Abdulaziz Al-Kawari, figurait sur votre liste du 16 mars parmi les neuf candidats au poste de directeur général de l’Unesco, et qu’il devait passer un entretien auprès du Conseil exécutif, le 26 ou le 27 avril ».
<
http://en.unesco.org/executive-board/dg-candidates-2017>

La lettre indiquait que, « pas plus tard qu’hier, le Qatar soutenait un projet de résolution qui contestait tout lien israélien/juif avec Jérusalem, aussi bien à l’est qu’à l’ouest de la ville ».

Notre Centre signalait qu’« au cours des cinq années 2012-2016, à la Foire du livre de Francfort, nous avons décerné le ‘‘prix du Pire Délinquant’’ au stand qatari ‘‘pour ses ouvrages sur la théorie du complot et la haine des Juifs’’. Il poursuivait en ces termes : « En 2015, dans une lettre adressée au ministre de la Culture Al-Kawari, concernant déjà à cette époque des articles de presse sur sa candidature à l’Unesco, nous avions attiré son attention sur les festivals de haine antisémite qui se déroulaient sous son autorité au Salon du livre international de Doha. Nous n’avions pas obtenu de réponse. »
<
http://www.wiesenthal.com/site/apps/s/content.asp?c=lsKWLbPJLnF&b=4442915&ct=14539137

Londres, le 27 mars 2017

L’exposition « Le Peuple, le Livre, la Terre : 3 500 ans de relations entre le peuple juif et la Terre sainte », organisée par le Centre Simon Wiesenthal et l’Unesco, a été inaugurée à Londres en partenariat avec JW3, le plus grand le centre communautaire juif d’Europe.

JW3 accueille chaque semaine quelque mille cinq cents visiteurs, avec des animations couvrant aussi bien le cinéma que des cours de langues, des conférences et autres activités culturelles et sportives.

27 March 1

De gauche à droite : Alex Uberti (CSW), Jonathan Arkush, Graham Morris, Shimon Samuels, Michael Goldstein président de JW3, Lord Carey, Raymond Simonson PDG de JW3.

Buenos Aires, le 20 mars 2017 

L’exposition « Le Peuple, le Livre, la Terre : 3 500 ans de relations entre le peuple juif et la Terre sainte » est coparrainée avec l’Unesco. Après son lancement à Paris, elle a voyagé au siège de l’ONU à New York, au Congrès américain, à la Knesset en Israël, au Vatican, à l’hôtel de ville de Copenhague, en Albanie, au Montenegro, au centre Gandhi de New Delhi et au Parlement britannique.

Elle a ouvert ses portes cette semaine au centre culturel présidentiel CCK de Buenos Aires (Argentine). Rabbi Abraham Cooper, vice-doyen du Centre, y a accueilli les représentants diplomatiques des parrains de l’exposition : le Canada, Israël, le Paraguay, la Pologne, le Royaume-Uni et les États-Unis, ainsi que les délégués de l’Azerbaïdjan, du Saint-Siège, de l’Inde, de la Russie, de l’Autriche, du Chili et de l’Uruguay.

20 March 2017 1

Au CCK de Buenos Aires.