Communiqués de presse 2017

« L’Unesco doit retirer son prix d’‘‘Artiste pour la paix’’ à ce va-t-en-guerre hypocrite… La nomination de Naseer Shamma à ce prestigieux statut ne fait que diminuer la valeur et l’intégrité de cette distinction. » 

Paris, le 7 mars 2017

Dans une lettre adressée au sous-directeur général de l’Unesco pour la Culture, Francesco Bandarin, le directeur des Relations internationales du Centre Simon Wiesenthal, Shimon Samuels, demandait instamment « qu’une enquête soit ouverte sur Naseer Shamma, qui vient d’être nommé Artiste de l’Unesco pour la paix 2017, au motif de paroles belliqueuses contre l’État d’Israël ».

« Si cette récompense lui a été décernée sur la base d’une enquête incomplète pour étayer ses mérites, l’Unesco doit retirer son prix immérité d’‘‘Artiste pour la paix’’ à ce va-t-en-guerre hypocrite », invoquait le Centre.

« Cette exposition… explore le lien profond, incontestable, entre le peuple juif et la Terre sainte… une relation viscérale qui contribue à façonner l’histoire de toute l’humanité… C’est une réponse à tous ceux qui cherchent à répandre des mensonges pour alimenter l’antisémitisme, notamment en délégitimant méthodiquement Israël et le peuple juif. »
Irina Bokova, directrice générale de l’Unesco

Londres, le 2 mars 2017

L’exposition « Le Peuple, le Livre, la Terre : 3 500 ans de relations entre le peuple juif et la Terre sainte » est coparrainée avec l’Unesco. Cependant, son inauguration à Paris en janvier 2014 fut retardée et bloquée par plusieurs États membres hostiles, notamment tout le bloc des pays arabes.

Cette semaine, lors de son inauguration à la Chambre des communes du Parlement britannique, le directeur des Relations internationales du Centre, Shimon Samuels, déclarait que, « en tant que seule organisation juive accréditée au Comité du patrimoine mondial de l’Unesco, nous avons fait pression contre l’usurpation palestinienne du patrimoine juif et chrétien – depuis la basilique de la Nativité à Bethléem en 2012 jusqu’à la désignation du tombeau de Rachel et du caveau des Patriarches comme mosquées. En 2016, le Mur occidental et le Mont du Temple étaient visés. Cette année, ce seront Qumran et les manuscrits de la mer Morte… Cette exposition est une réponse et un moyen de contre-attaquer ».

Lien YouTube vers l’inauguration à Londres (en anglais) : https://youtu.be/Ubb6RaDjY6c

2 March 2017 1

De gauche à droite : Jonathan Arkush, président du Conseil des représentants des Juifs britanniques ; Sharon Bar-li, ambassadeur adjoint d’Israël au Royaume-Uni ; l’ambassadeur Ron Adam ; Joy Wolfe, de la Fédération sioniste ; J.-J. Roboh, CSW-France ; Lord Carey ; Lord Polak ; Dr Graciela Samuels, Unesco ; David Dangoor, Exilarch Foundation ; Lord Palmer ; Elena Odier, présidente de l’Union des étudiants juifs de l’université de Warwick ; Graham Morris, fondateur de CSW-UK ; Shimon Samuels.
Photo gwp geoffwilsonphotography

Paris, le 23 février 2017

Le directeur des Relations internationales du Centre Simon Wiesenthal, Shimon Samuels, exprimait sa rage envers le magistrat instructeur chargé de l’affaire de Créteil : il a rejeté le caractère antisémite de l’agression perpétrée en 2014 contre un couple juif, et décidé de classer l’affaire.

Trois hommes s’étaient introduits au domicile du couple. Ils les avaient frappés, ligotés, puis avaient violé la jeune femme. Tous trois, ainsi qu’un complice présumé, avaient été accusés de viol collectif, vol à main armée, violence et extorsion.

Paris, le 20 février 2017

Dans une lettre adressée au SIEL (Salon international de l’édition et du livre de Casablanca), le directeur des Relations internationales du Centre Simon Wiesenthal, Shimon Samuels, félicitait son directeur, Hassan El Ouazzani.

M. Samuels indiquait que, « après six ans de surveillance du SIEL de Casablanca ainsi que de ses salons sœurs du monde arabe, à la recherche de stands qui exposent des ouvrages haineux, nous étions enchantés de recevoir une réponse si positive de votre part, tout à fait dans l’esprit de l’article 5.6 du contrat du SIEL avec ses exposants (cf. règlement du salon http://www.salonlivrecasa.ma/) :

« Lancez une enquête sur cette affaire et ordonnez l’arrêt immédiat du financement par l’ONU et l’UE de l’hôpital européen de Gaza, jusqu’à ce que cette institution présente ses excuses, sa condamnation publique de toute forme de haine des Juifs et la preuve que Yahya Al Nawajha ne fait plus partie de son personnel. »

Paris, le 15 février 2017

Dans des lettres adressées à Antonio Guterres, Secrétaire général des Nations unies, et à Federica Mogherini, Haute Représentante de l’Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, le directeur des Relations internationales du Centre Simon Wiesenthal, Shimon Samuels, exprimait son indignation devant tant de haine crachée par un hôpital.