Communiqués de Presse 2018

Editorial de Shimon Samuels publié en anglais dans The Jerusalem Post
Le 2 février 2018

http://www.jpost.com/Opinion/Polands-Shoah-policy-precursor-to-a-new-Holocaust-revisionism-540755

Feb. 2018
Auschwitz (photo publicdomainpictures.net)

En novembre 2011, les Palestiniens intégraient l’Unesco, amorçant ainsi une période de chaos qui prendra la forme d’une usurpation des identités juive et chrétienne.

Deux semaines après leur entrée, une délégation de dignitaires du Centre Simon Wiesenthal rencontrait la directrice générale de l’Unesco alors en fonction, Irina Bokova. Cette dernière accéda sur-le-champ à notre requête : après avoir accueilli les expositions du Vatican et de l’Arabie Saoudite, elle donna son tour aux Juifs pour remettre les pendules à l’heure, avec une exposition intitulée « Le Peuple, le Livre, la Terre – 3 500 ans de relations entre le peuple juif et la Terre sainte ».

« 1 900 ans après que les Romains, exaspérés, ont dispersé les tribus des Hébreux aux quatre vents, la question juive demeure un énorme problème, complexe et à ce jour irrésolu… »

« Les lecteurs du Russia Insider ont apparemment fait de la question juive le centre névralgique de la haine. »

Paris, le 2 février 2018

Dans une lettre adressée au procureur général de la Fédération de Russie, Yuri Yakovlevich Chayka, le directeur des Relations internationales du Centre Simon Wiesenthal, Shimon Samuels, lui exprimait ses remerciements pour avoir très vite fait retirer de la vente des articles néo-nazis et antisémites qui avaient été exposés dans des boutiques d’hôtels moscovites, obtempérant ainsi à la demande du Centre.

« Nous vous écrivons à nouveau, cette fois-ci au sujet du site moscovite en anglais Russia Insider. Le 15 janvier dernier, son éditeur, Charles Bausman, a en effet publié un article signalé comme antisémite, intitulé ‘‘Il est temps de briser le tabou juif’’ et sous-titré ‘‘Cela rend toute discussion sérieuse sur la géopolitique et l’histoire russe quasi impossible’’ », citait M. Samuels.

Paris, le 1er février 2018

Dans un entretien à Radio France International, le directeur des Relations internationales du Centre Simon Wiesenthal, Shimon Samuels, soulignait la détérioration de la situation des Juifs de France.

- Des incidents antisémites surviennent pratiquement tous les jours, principalement dans les banlieues parisiennes où sont concentrés à haute densité de jeunes Français d’origine nord-africaine vivant au coude à coude avec de plus petites unités de voisinage juives.

Influencés par des sites Internet, des réseaux sociaux et des imams radicaux incitant à la haine anti-juive, ils transplantent en France le scénario moyen-oriental des Palestiniens et des Israéliens.

- Lorsque ces auteurs d’agressions sont identifiés et interpellés, les juges rechignent à considérer ces individus, eux-mêmes fréquemment confrontés au racisme, comme des criminels motivés par la haine. D’où la résistance à désigner ces agressions comme antisémites.

Précision : en réponse au Centre Wiesenthal et à d’autres protestations, des parlementaires qui leur étaient favorables et qui assistaient à cette session ont interpellé Boroujerdi sur le négationnisme iranien de la Shoah, les violations des droits de l’homme du régime et les menaces proférées contre Israël. Il leur a répondu maladroitement : « Nous n’acceptons pas le régime sioniste. »

« Introduire le loup dans la bergerie ne fait qu’encourager partout en Europe les terroristes qui agissent seuls. »

Paris, le 24 janvier 2018

Dans une lettre adressée au président du Parlement européen, Antonio Tajani, le directeur des Relations internationales du Centre Simon Wiesenthal, Shimon Samuels, déclarait que « les adhérents de l’association étaient scandalisés par l’audace des membres du Parlement européen qui avaient invité Alaeddin Boroujerdi, réputé proche des hauts responsables du Hezbollah, ainsi que d’autres auteurs d'actes terroristes, à s’exprimer devant eux ».

La lettre s’indignait de ce que « Boroujerdi était invité à s’exprimer devant la Commission des affaires étrangères du Parlement européen et à participer à un séminaire sur ‘‘la lutte antiterroriste’’. Cette farce équivaut à introduire le loup dans la bergerie. Il s’agit en fait d’un encouragement pour tous les ‘‘loups solitaires’’ d’Europe, mis en éveil par l’Iran, ce maître de la terreur ».

Selon l’association Memri (Institut de recherche des médias du Moyen-Orient), Boroujerdi est intervenu en 2014 à la conférence Nouvel Horizon de Téhéran, « un rassemblement de négationnistes de la Shoah, de théoriciens du complot et de membres de BDS ainsi que d’autres activistes du monde entier, rassemblement auquel participait notamment le fameux ‘‘comédien’’ français antisémite Dieudonné ».
Voir (en anglais) : https://www.memri.org/reports/second-international-new-horizon-conference-tehran-draws-leading-holocaust-deniers

Le Centre soutenait que « ‘‘Boroujerdi au Parlement européen’’ adresse cet horrible message à tous les Iraniens en exil, à tous les prisonniers politiques d’Iran, à tous les Juifs et aux artisans de la paix du monde : l’Europe avance d’un même pas vers le gouffre ».

« Monsieur le Président, nous vous prions instamment d’annuler sans délai cette invitation outrageante », concluait M. Samuels.

Paris, le 19 janvier 2018

Les hauts responsables du Centre Wiesenthal, Rabbi Abraham Cooper, vice-doyen, et Shimon Samuels, directeur des Relations internationales, ont fait part de leur inquiétude à l’occasion d’entretiens qu’ils ont tenus aux ministères français de l’Intérieur et de la Justice, face aux récents crimes haineux perpétrés dans les environs de Paris. Cela a notamment été le cas hier à 2 heures du matin, quand un homme de confession juive a été agressé à son domicile et, la veille, quand une adolescente juive a été tailladée au visage à sa sortie du lycée.

« Nous avons exprimé notre frustration face à l’échec persistant de la justice française à imposer des sentences adéquates aux auteurs d’agressions violentes contre des Juifs », indiquait R. Cooper.

« Il est flagrant que le système judiciaire français ne réussit pas à endiguer ce genre de crime », ajoutait M. Samuels.