Communiqués de Presse 2018

« Le Centre Wiesenthal a assisté à une réunion au Parlement britannique dédiée à la mémoire du procureur Alberto Nisman, assassiné pour son enquête sur l’affaire Amia. »

Londres, le 18 juillet 2018

On marque aujourd’hui le 24e anniversaire de l’attentat perpétré à Buenos Aires contre le centre juif Amia, qui a fait 85 morts et plus de 300 blessés.

Le Centre Simon Wiesenthal au Royaume-Uni a été reçu par la Henry Jackson Society dans le cadre d’une réunion parlementaire intitulée « À l’ombre de l’attentat contre Amia : la terreur mondiale et sa menace aujourd’hui » [voir le lien en anglais : <https://henryjacksonsociety.org/event/in-the-shadow-of-the-amia-bombing-global-terror-and-the-threat-today/>].

18 July 2018 1
De gauche à droite : Tom Wilson, Anita Weinstein, Shimon Samuels, Lord Trimble,
l’ambassadeur d’Argentine au Royaume-Uni Renato Carlos Sersale, Ariel Gelblung,
Michael Caplan et Dana Erlich.

« Trouble psychotique chronique, schizophrénie… addiction ancienne au cannabis… incapacité à se conformer aux normes sociales, impulsivité, irritabilité, agressivité, irresponsabilité… propension à la violence… inaccessible à une sanction pénale… »

Paris, le 15 juillet 2018

Le 28 février, la juge d’instruction chargée de l’affaire du meurtre sauvage de Sarah Halimi, une femme médecin âgée de 65 ans, avait accepté l’expertise psychiatrique estimant que le meurtrier était apte à subir son procès. Le meurtre avait été perpétré le 4 avril 2017.

En outre, l’acte de Kobili Traoré – il avait roué sa victime de coups de couteau puis l’avait défénestrée du haut de son balcon parisien du 3e étage, en criant « Allahu Akhbar » – avait été reconnu comme un acte à caractère antisémite.

Le 18 juin, le directeur des Relations internationales du Centre Simon Wiesenthal, Shimon Samuels, avait écrit au ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, déplorant que « l’actuel système de protection soit inadéquat ». Il avait protesté contre l’agression d’une jeune étudiante par trois Nord-Africains devant son école juive, constatant le retrait de la présence militaire devant les synagogues, les écoles juives et autres institutions.

Strasbourg, le 13 juillet 2018

L’exposition du Centre Wiesenthal « Le Peuple, le Livre, la Terre : 3 500 ans de relations entre le peuple juif et la Terre sainte » a été inaugurée à Strasbourg jeudi 12 juillet par Roland Ries, maire de la Ville, et le directeur des Relations internationales du Centre, Shimon Samuels. Elle s’est tenue à la médiathèque André-Malraux, une immense bibliothèque publique numérisée pour tous les médias.

Le maire a accueilli le Centre Wiesenthal et l’a félicité pour son exposition. Il a souligné la tranquillité et la sécurité dont jouit l’importante communauté juive de Strasbourg, installée là depuis des temps immémoriaux.

13 July 2018 1
Shimon Samuels et Roland Ries, maire de Strasbourg.

Evian-les-Bains, le 11 juillet 2018

Un rassemblement international d’experts s’est tenu à Evian à la date du 80e anniversaire de la fameuse conférence de 1938 sur les réfugiés juifs fuyant le nazisme. Le directeur des Relations internationales du Centre Wiesenthal, Shimon Samuels, y était invité en tant que conférencier principal.

A l’origine, la conférence de l’avant-guerre devait avoir lieu à Genève, plaque tournante de la diplomatie, mais, en raison de la prétendue neutralité de la Suisse, elle avait été délocalisée de l’autre côté du lac, dans la commune française d’Evian-les-Bains.

« L’Evian revisité » d’aujourd’hui, ou « Evian II », comme la surnomme M. Samuels, a été organisée par Elihu « Hugh » Baver, du New Hampshire (Etats-Unis), et parrainée par plusieurs membres de la Lantos Foundation for Human Rights and Justice. Elle s’est tenue à l’Hôtel Royal, sur le même site qu’« Evian I ».

Points clés de l’allocution de Shimon Samuels

« Condamnez publiquement le venin craché par Roger Waters sous le parrainage de Barclaycard ! »

« Si les contre-mesures échouent, nous exhorterons nos membres à transférer leurs comptes dans une banque qui incite à la prospérité – et non pas à la haine. »

Paris, le 11 juillet 2018

Dans une lettre adressée au PDG de Barclaycard, Barry Rodrigues, le directeur des Relations internationales du Centre Simon Wiesenthal, Shimon Samuels, lui faisait part de son indignation face au « concert de la haine » qui s’est déroulé le 6 juillet dernier à Hyde Park, en plein centre de Londres. Ce concert inaugurait le festival de musique Barclaycard British Summer Time.

M. Samuels dénonçait Roger Waters, musicien politiquement engagé, pour « s’être adressé à un public composé de familles avec des petits enfants, brandissant une bannière à l’inscription ‘‘F—k the Pigs !’’(‘‘Que les porcs aillent se faire foutre !’’). Des slogans qui défilaient ensuite sur des écrans idolâtraient la Russie, Poutine, l’Iran et Julian Assange, et déployaient toute une panoplie d’insultes contre Israël ».

11 July 2018 1
Roger Waters brandissant le slogan « F--k the Pigs! » 
(photos avec l’aimable autorisation de Richard Millett).