Communiqués de presse 2016

Paris, le 2 février 2016

Le Centre Wiesenthal au ministre français des Affaires étrangères : « Vous pouvez réaliser votre rêve de deux États en faisant pression sur les Palestiniens pour qu'ils reconnaissent ''l'État juif d'Israël''. »

« Sans ce prérequis, vous ne faites que renforcer l'obstination des Palestiniens à poursuivre leur fol objectif d'éliminer les Israéliens jusqu'au dernier ».

Dans une lettre adressée au ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, le directeur des Relations internationales du Centre Simon Wiesenthal, Shimon Samuels, lui indiquait que, « le 13 janvier dernier, date anniversaire du ''J'accuse'' d'Émile Zola, notre Centre organisait une soirée de gala avec projection de notre film ''Ce n'est pas un rêve : la vie de Theodor Herzl'', sur les Champs-Élysées, sous le haut patronage de Monsieur le Président François Hollande et le parrainage de Madame la Maire de Paris, Anne Hidalgo ».

« C’est paradoxalement dans le sillage de la Deuxième Guerre mondiale, à une époque où les médecins nazis pratiquaient des expériences inhumaines sur des enfants, où ils exterminaient les handicapés et où ils assassinaient six millions de Juifs et autres, que le programme de déontologie de l’AMM a vu le jour. »

« Les préjugés des soixante et onze médecins britanniques déterminés à exclure Israël font d’eux des avorteurs de déontologie. »

Paris, le 21 janvier 2016

Dans une lettre adressée au président de l’Association médicale mondiale (AMM), Sir Michael Marmot, le directeur des Relations internationales du Centre Simon Wiesenthal, Shimon Samuels, lui exprimait son horreur face au « programme de déontologie, inscrit dans les objectifs mêmes de l’AMM, sur le point d’être contesté par un groupe de soixante et onze médecins britanniques qui entendent expulser l’Association médicale israélienne de votre organisme ».

« Les personnes qui ont assisté à la commémoration du supermarché casher étaient pratiquement toutes juives. »

« Alors que les attentats incessants font leur effet… rien d'étonnant à ce que l'émigration juive dépasse les chiffres publiés… On peut imaginer le destin de ces communautés aujourd'hui, si l'État d'Israël n'existait pas. »

Paris, le 12 janvier 2016

Lors d'une présentation aux dirigeants juifs français, le directeur des Relations internationales du Centre Simon Wiesenthal, Shimon Samuels, signalait que « les cérémonies commémoratives qui se déroulent dans tout Paris pour les victimes de Charlie Hebdo et pour les atrocités du supermarché casher ont été perturbées par des attentats incessants :

- une attaque au couteau dans un commissariat de police par un djihadiste autoproclamé, qui serait venu d'un camp allemand pour réfugiés syriens. L'assaillant a été abattu par des balles policières ;

- une attaque à la machette par un islamiste de 15 ans contre un enseignant juif qui sortait de sa synagogue à Marseille.

Paris, le 6 janvier 2016

« Ce danger pour la jeunesse de France n’a d’égal que celui du recrutement à l’EI. Nantes ne doit servir de zone de transit ni pour le Donets ni pour Damas. »

Dans une lettre adressée à la maire de Nantes, Johanna Roland, le directeur des Relations internationales du Centre Simon Wiesenthal, Shimon Samuels, attirait son attention sur « une réunion inquiétante qui doit se tenir dans votre ville le samedi 16 janvier. Elle est organisée par des militants du bataillon Azov, une unité militaire ukrainienne ».