Communiqués de Presse 2018

« Les voix en faveur de Netta provenaient essentiellement des télé-votants du monde entier, étayant la déclaration du directeur général de l’UER, Noel Curran : ‘‘Les médias de service public sont la pierre angulaire des sociétés démocratiques.’’ »

« L’UER a un ennemi, décidé à détruire ses valeurs démocratiques. » … « Faites en sorte que la campagne de boycott menée par Roger Waters finisse dans la poubelle de l’histoire de l’Eurovision. »

Paris, le 11 septembre 2018 

Dans une lettre adressée au président de l’Union européenne de radio-télévision (UER), Jean-Paul Philippot, le directeur des Relations internationales du Centre Simon Wiesenthal, Shimon Samuels, lui exprimait son indignation devant la campagne BDS menée contre Israël, pays qui accueillera le concours Eurovision de la chanson en 2019.

M. Samuels indiquait qu’« en mai dernier, le monde juif et ses amis célébraient la quatrième victoire d’Israël au concours Eurovision. La chanson de Netta Barzilai Toyremportait 529 points, suivie de l’artiste chypriote, deuxième finaliste, avec 436 points ».

Editorial de Shimon Samuels publié en anglais dans The Jerusalem Post
le 4 septembre 2018
www.jpost.com/Opinion/The-kidnapping-of-British-Labour-566500

Le destin du Parti travailliste concerne bien évidemment les Juifs, mais ce n’est pas un problème juif.

Je viens de passer quelque temps à Londres pour consulter des dirigeants parlementaires, tant de la Chambre des communes que de la Chambre des Lords, aussi bien travaillistes que conservateurs, dans un palais de Westminster étrangement silencieux, qui se réveille maintenant de son congé estival.

Voici une rétrospective de leurs opinions :

Lettre de Shimon Samuels publiée en anglais dans The Jerusalem Post
le 29 août 2018
https://www.jpost.com/Opinion/An-open-letter-to-Jeremy-Corbyn-566112

Vous déclarez que « les sionistes… ne comprennent pas l’humour anglais ». C’est en effet comique, car tant de ceux que vous appelez « sionistes » étaient des électeurs fidèles et des membres du Parti travailliste.

Je suis né à Londres deux semaines après la fin de la Deuxième Guerre mondiale de deux parents à leur tour britanniques de souche. J’ai été élevé dans un immense respect pour le pouvoir de l’eau – la Manche, avec ses 40 km de large, a sauvé les 330 000 Juifs britanniques inscrits en 1941 sur la liste du Protocole de Wannsee, parmi les onze millions de Juifs de trente-trois pays destinés à être exterminés par les nazis.

Éditorial de Shimon Samuels publié en anglais dans The Times of Israel
le 22 août 2018
https://blogs.timesofisrael.com/the-corbyn-factor-as-an-international-danger/

Simon Wiesenthal et l’organisation qui porte son nom ont tiré les leçons de l’Holocauste, considérant que c’est un système d’alerte précoce pour les Juifs et autres victimes, pour la défense de la démocratie et pour des droits de l’homme. Plus l’antisémitisme est virulent, plus ces menaces sont pesantes.

Le « facteur Corbyn » ne se cantonne pas au Royaume-Uni bien que, localement, il puisse devenir une menace à l’ordre public.

Ses semences constituent un virus capable d’infecter le système international. Virus personnifié sous les traits de Jeremy Corbyn comme éventuel Premier ministre et, en tant que tel, « chef de file mondial » – une menace qu’il s’agit d’affronter à l’échelle planétaire.

« Leur pension mensuelle varie aujourd’hui entre 28 et 60 euros, alors que les Waffen SS volontaires touchaient 1 500 euros. »

« Madame la Chancelière, un peu moins de 150 travailleurs forcés des ghettos hollandais sont encore en vie. Ils disent qu’Hitler les a sauvagement tués. Aujourd’hui c’est l’Allemagne qui les tue à petit feu ! »

« La République fédérale d’Allemagne doit immédiatement racheter sa réputation… Tout délai supplémentaire sera interprété comme un abandon de la responsabilité historique et morale de l’État – un message choquant pour les générations futures. »

Paris, le 20 août 2018

Dans une lettre adressée à la chancelière d’Allemagne, Angela Merkel, le directeur des Relations internationales du Centre Simon Wiesenthal, Shimon Samuels, attirait son attention sur « la situation scandaleuse des pensions versées aux enfants travailleurs forcés des ghettos... Comme ils disparaissent les uns après les autres, ils exigent que justice soit faite au plus vite… Ils sont actuellement sujets d’obstacles bureaucratiques iniques, le gouvernement laisse cruellement traîner les procédures ».